Quand les Forums sur l'apiculture déblatèrent..

© Bernard NICOLLET apiculteur éleveur       - Que faut-il en penser ? -


Date de révision: 21/08/2014

. Aux imbéciles colportant des propos déshonorants..

. Apiculture amateur ou apiculture professionnelle ?

En apiculture, il y a 2 mondes: celui des amateurs qui exercent une activité d'apiculture de loisir et les apiculteurs professionnels, parmi lesquels on peut distinguer 2 catégories:

  • Les producteurs de miel
  • Les éleveurs (reines, essaims).

J'appartiens donc à cette seconde catégorie parmi les apiculteurs professionnels et je vis principalement de la vente de mes essaims et de mes stages de formation.
Comme je vais l'analyser sur cette page et d'autres sur ce site, des critères de rentabilité ne sont pas du tout exigés quand on pratique une apiculture pour occuper ses loisirs alors qu'à l'inverse, écrasé par les charges sociales, frais d'exploitation, investissements, mortalité et charges en tous genres, l'apiculteur qui vit de son exploitation connait hélas des périodes de tensions financières. Souvent, c'est le salaire du conjoint qui aide à joindre les deux bouts.
C'est précisément ce qu'ignorent bons nombre de "blogueurs" apiculteurs amateurs de surcroît ou pluriactifs, et qui se permettent sous le couvert de l'anonymat des blogs, d'écrire n'importe quels commentaires alors qu'ils ignorent tout des difficultés de la profession.
Ils ont la critique facile et tirent sur tout ce qui bouge dès lors qu'ils carressent le nombril de leur égo, pensant peut-être que leurs propos construisent alors qu'ils campent dans le négatif et la bassesse du peu restant de leur esprit s'ils en ont eu un jour. L'internet devient de plus en plus un panier de crabes dans lequel tout le monde salit tout le monde dans n'importe quel domaine sans jamais se pencher sur le coté positif des choses.

. Les abeilles et moi.. une histoire d'amour depuis quatorze ans

Toutes celles et ceux qui me connaissent savent que je voue ma vie aux abeilles et que j'aime transmettre ma connaissance. A ce sujet, RTL nous a consacré une petite émission que vous pouvezréécoutez ici (4 minutes).
Au tout début de l'écriture de ce site, j'ai reçu des mails d'insultes (anonymes bien sûr), parce que "Je donnais le savoir-faire".

Bernard NICOLLET
©Photo C.NICOLLET
Avec Internet, il est facile de déblatérer des propos qui frôlent la diffamation quand il ne s'agit pas de propos entièrement fallacieux notamment dans les forums où il suffit de se déguiser derrière un pseudonyme.
Un peu à la manière d'il y a quelques années en arrière où l'envoi de lettres anonymes lançaient des rumeurs à propos de telle ou telle personne.

Si mes propos tenus sur le site peuvent paraître choquants pour certains, c'est certainement parce que la vérité dérange. Pas pour tirer la couverture à moi. Certes, je suis contre les importations d'abeilles qui ne sont pas adaptées à notre territoire, certes, je dénonce certains propos trompeurs qui tendent à montrer que l'apiculture c'est hyper facile.. Certes enfin, j'essaye de défendre l'abeille noire, cette abeille rustique qui peuplait autrefois nos contrées.
Alors, je ne vois pas en quoi, mon activité serait celle d'un "Gourou". Parce que je parle aux abeilles ? Parce que la nature m'a permis de commander aux essaims d'abeilles de se poser ou de descendre pour que je puisse les accueillir ?
Tout ce que je fais, n'importe qui est capable de le faire pourvu qu'il aime profondément les abeilles.
C'est cet amour des abeilles, cette passion qui nous anime Christine et moi, que je souhaite transmettre et non pas conserver des secrets de Polichinelle ou en prônant le "fais ce que je dis mais pas ce que je fais".

Des erreurs, nous en commettons tous, moi le premier. C'est la raison pour laquelle je tente d'expliquer par mes écrits et par mes stages de formation, pour quelles raisons telle conduite sera profitable aux abeilles et qu'à l'inverse, telle autre aura un résultat catastrophique tôt ou tard. A quoi bon enfoncer des portes ouvertes ?
Notre conduite de ruchers (un peu plus de 400 ruches) nous procure une expérience que l'on ne peut acquérir avec une huitaine ou dizaine de ruches. Je ne dis pas pour autant que parce que l'on a un petit rucher, notre connaissance ne peut pas être bonne; bien au contraire du reste, certains papiculteurs s'occupent parfaitement de leurs abeilles depuis plusieurs décennies avec un succès constant.
De même, ce n'est pas parce que je m'hérisse contre la présentation et promotion de la ruche Warré que personne ne peut réussir avec ce type de ruche. Mes propos sont trop souvent interprétés à l'extrême par des personnes qui finalement ont peut-être les nerfs à fleur de peau, à moins qu'ils ne soient touchés par une vérité dévoilée, à moins que plus simplement, ils ne savent pas lire et comprendre ce qu'ils lisent !

Un autre exemple. Je ne suis pas pour l'usage de cires gaufrées dans les cadres. En disant cela et en montrant une méthode que j'ai mise au point : "le cadre à jambage", je ne me fais pas que des amis.. Les ciriers voient d'un très mauvais œil l'ampleur du développement de ce type de cadres (adaptables à n'importe quel type de ruche) que n'importe qui est capable de reproduire et de constater que cela apporte un grand plus.
Effectivement, avec une feuille de cire gaufrée, on peut armer 11 à 13 cadres à jambage au lieu d'un seul. Si tout le monde se mettait à travailler de cette manière, cela entrainerait obligatoirement une chute des ventes des cires gaufrées.. mais d'un autre coté, cela favoriserait une meilleure apiculture dans le sens où l'on ne retrouverait pas de traces de pesticides dans les cires, sauf à utiliser soi même des pesticides pour traiter ses abeilles. Cela aurait également pour conséquence de ralentir les tricheurs qui pratiquent le mélange cire/paraffine.
Les cadres à jambage n'ont cependant pas que des avantages. Ils ont aussi quelques inconvénients mineurs (je vous invite à lire mon article sur les cadres à jambage).

Sur le point financier:

Je ne connais personne en France qui s'enrichisse à l'heure actuelle avec les abeilles (du moins pour ceux qui payent des charges sociales et impôts) en dehors des importateurs et des grossistes en matériel pour qui ce genre de négoce n'est certainement pas le plus lucratif. Pour ce qui concerne la vente d'essaims, vous comprendrez qu'entre vendre 120 à 150 euros un essaim qui a été acheté 60 dans un pays à bas coût de main d'oeuvre et aux saisons démarrant avec plus de 6 semaines d'avance sur la France, ou bien vendre un essaim capturé (alors qu'il devrait être offert) comparativement au fait de vivre de son exploitation apicole productrice d'essaims d'élevage, il y a un très large fossé. Je m'exprime assez largement sur une page de ce site afin de faire comprendre pour quelles raisons le prix de mes essaims, effectivement ne correspond pas aux objectifs de prix de marché visés de certains.

Je n'ai pas la prétention ni même l'envie de couvrir toute la demande.. il y a de la place pour tout le monde et surtout pour les apiculteurs sérieux. Les moins sérieux disparaissent aussi vite qu'ils sont apparus et ce sont ceux-là qui font du tord à la profession apicole. Pour ma part, cela fait maintenant près de quinze ans que j'ai démarré, et non seulement je refuse maintenant du monde dans mes stages de formation (afin de privilégier des petites unités), mais je limite ma production d'essaims en ne couvrant qu'à peine 25% des demandes qui me sont faites afin de conserver et privilégier une méthode naturelle ancestrale de reproduction de mes souches, identifiées par les plus hautes instances scientifiques comme appartenant à la sous espèce Apis Mellifera Mellifera Li,. 1758, celle que nous surnommons l'abeille noire et que les papiculteurs nommaient "l'abeille grise" ou encore "locale"..

Dans certains forums sur le net, j'ai eu la drôle de surprise de lire des propos pour le moins avilissants à mon encontre. Ces propos, toujours écrits sous le couvert de l'anonymat, ternissent le débat sur le point de vue financier de l'apiculture professionnelle. En affirmant que le prix de mes essaims frôle l'arnaque, on voit bien que ces personnes ne savent pas tenir une simple comptabilité fut-elle rustique. Tenir une feuille de papier, tracer une ligne verticale pour la séparer en 2, colonnes, une colonne pour les recettes et une colonne pour les dépenses et si tout est tenu correctement, il sera bon de regarder le résultat d'exploitation pour constater que faire tourner une entreprise c'est autre chose que confondre chiffre d'affaires et bénéfices ou "ventes au black".
Ah bien sûr, quand on pratique en amateur en vendant des essaims sous le manteau, la critique est facile. Mais quand on essaye de vivre de sa passion, que l'on paye ses charges sociales, ses impôts et ses fournisseurs rubis sur l'ongle, que reste-t-il réellement en bénéfice ? Mes comptes sont publiés chaque année contrairement à ceux qui toussent dans les forums et qui vivent souvent dans le monde du "Black ". Une Ferrari a-t-elle le même prix qu'une Dacia ? Je n'ai à rougir de rien car j'opère dans la plus grande transparence et je ne roule pas en voiture de première classe mais plutôt de seconde. Mes clients savent qu'en achetant chez moi, ils n'achètent pas dans le monde du "moins cher". Je ne force personne; après tout je ne suis pas le seul fournisseur d'abeilles et les gens sont libres de comparer et comprendre avant d'acheter.

Enfin pour conclure, je dirai que ceux qui critiquent et vocifèrent n'ont qu'à en vendre des essaims à pas cher et on verra très vite qu'ils se révèleront incapables de fournir, de payer leurs charges d'exploitation (s'ils en payent), et vous demanderont vite de ne régler qu'en espèces !  à bon entendeur..

A propos de mon livre "Comment débuter en Apiculture ?"

Oui, on peut se passer de livres et de lectures. Le monde du virtuel est omni- présent et malgré l'écriture de ce site qui reçoit une fréquence de plus de 1700 visiteurs uniques par jour, de mes cours par internet ou de mes stages de formation dans lesquels j'ai accueillis plus de 600 personnes, j'avais envie de laisser une trace qui subsistera après mon passage et l'extinction de ce site. D'autre part, étant un apiculteur engagé, je ne m'attends pas qu'à des éloges. Cela ouvre le débat. Mais pourquoi ceux qui n'ont que la critique dans le cœur n'écrivent-ils pas eux-mêmes leurs méthodes dans un site internet gratuit ou dans un bouquin ?
Alors Oui, aussi, je dérange parce que je fais de la pub pour mon livre sur mon site internet ! Oui cela dérange de voir que la Fnac a classé mon livre dans les meilleures ventes des livres d'apiculture..
Oui, j'espère que sa vente m'indemnisera des heures passées mais c'est loin d'être le but premier. Ce qui m'anime avant tout, c'est le désir de transmettre, le désir de partager ma connaissance et mon expérience. Je ne prétends pas qu'elle est la meilleure, loin de moi cette pensée, mais si seulement elle pouvait éviter à quelques débutants de se payer les galères de mes débuts, ou leur permettre de comprendre pourquoi ils perdent leurs abeilles, alors je considèrerai cela comme un honneur, tout comme je considère comme un honneur d'apporter mon assistance bénévole à des apiculteurs en détresse.

Il n'y a que les jaloux ou ceux qui ont des pratiques qui ne s'inscrivent pas dans une vue à long terme qui ne déblatèrent que des noms d'oiseaux que je leur retourne bien. De toutes manières, à les lire dans les forums, il n'y a qu'eux qui ont la science infuse. Cela ne valait même pas les quelques lignes que je viens d'écrire, mais cela me fait du bien quand même ;)
Ceux qui critiquent ma pratique ne sont pas les payeurs ! Personnellement, quand une critique est bien fondée et qu'elle apporte de l'eau au moulin non seulement du débat mais surtout des abeilles, je l'accepte volontiers et avec une certaine humilité mais quand ce sont des critiques uniquement fondées sur la jalousie et le dénigrement systématique parce que la vérité dérange à quoi servent-elles ? A qui profiteront-elles ?
Alors oui, il y a quelques fautes d'orthographe surtout dans la fin du livre, je le regrette d'autant plus, que j'avais fait parvenir à mon éditeur une épreuve corrigée mais qui n'a pas été prise en compte avant l'impression faute de temps (j'étais en retard, meaculpa). Oui, il est vrai, le comité de lecture de l'éditeur n'aurait pas du laisser passer cela mais qu'y puis-je personnellement ? Tout cela sera revu lors de la seconde édition. Je dirai même ironiquement pour les puristes de l'orthographe et de la grammaire, que cette première édition n'en aura que plus de valeur pour la postérité des collectionneurs ! de surcroît pour ceux qui auront acheté le livre directement sur mon site, puisqu'il sera signé avec une dédicace personnelle.. lol
Enfin, toujours pour ce qui concerne la critique du livre, je rappelle que cet ouvrage ne s'adresse pas à ceux qui ont la science infuse et qui en sont encore à acheter des livres pour débutants ! N'est-ce pas dans l'unique but de dénigrer ? J'aurais bien aimé que les critiques me soient adressées directement par e-mail, avec une vraie adresse e-mail de l'auteur de la critique. Malheureusement, quand je reçois un torchis d'insultes avec une fausse adresse, cela ne dénonce-t-il pas la bassesse et petitesse de l'envoyeur ? Si j'ai critiqué quelque chose qui vous dérange, pourquoi ne pas écrire votre livre vous-même ?
Que ce soit sur mon site ou dans mes écrits, il n'y a pas de mégalomanie de ma part. Quand je m'adresse à mes lecteurs, plutôt qu'envoyer un texte à n'en plus finir, je l'égaye avec quelques photos, je trouve ainsi que le lecteur a en face de lui un interlocuteur. Du reste, quand une personne me fait l'honneur d'une visite, elle a déjà le sentiment de me connaître, ce que je trouve super pour nos rapports qui deviennent plus vite amicaux.

. A propos de mes stages de formation en apiculture

Enfin, je n'ai pas la prétention d'apprendre l'apiculture aux nouveaux venus en un stage de 2 ou 3 jours, ou par le seul biais d'une session de mon cours par internet. Je sais trop moi-même que c'est par la pratique, par le sens de l'observation et surtout par l'amour que l'on porte à ses abeilles que l'on peut devenir un bon "berger des abeilles". Oui j'aime ce terme, beaucoup plus que du simple qualificatif d'Apiculteur (bien que celui-ci puisse également aimer ses abeilles)
D'autre part, quand un débutant peut se faire épauler par un apiculteur d'expérience, cela ne peut être que profitable.
Mais si j'en juge  par les remerciements et les mots d'encouragements à la poursuite d'une très grande majorité des personnes qui m'ont fait confiance alors sachez que je suis heureux de former dans l'esprit au moins, des nouveaux Bergers des abeilles.

J'ai fait partie des tous premiers à proposer des stages de formation payante. Si j'ai été vivement critiqué pour dévoiler à bon compte mes connaissances, je constate que j'ai fait des émules puisque je ne suis plus tout seul dans les moteurs de recherche! J'ose même affirmer que nombre de "formateurs" sont passés chez moi avant, et je considère cela aussi comme un honneur. Comme je le mentionnais un peu plus haut, j'ai accueillis à ce jour plus de 600 personnes, dont quelques uns sont entrés maintenant en apiculture pro avec une excellente réussite ce pour quoi j'éprouve une certaine fierté.

. A propos du vol de mes ruches (entre le 12 et 14 mars)

je vous rappelle ici le lien pour le magnifique reportage que nous a consacré Laurent de la Housse dans son émission 13h15 le samedi, un reportage signé Morgane du Liège à revoir ici.
Il est déplorable de constater cette mentalité décadente chez certains apiculteurs amateurs blogueurs (voir ici si le caniveau vous intéresse). Alors, à leur attention voici un petit rappel sur lequel ils feraient bien de méditer avant de lancer leurs déblatérations à mon encontre.
- Un apiculteur professionnel paye des charges et des impôts, ce que ne payent pas toutes ces personnes qui ont certainement le cul au chaud ou qui travaillent au black.
- Mes essaims sont vendus à un prix dans lequel tout est comptabilisé. Quand on vend un essaim à 330 euros TTC, il faut retirer à cela, la TVA, les charges sociales, les charges d'exploitation, les frais, les investissements etc. etc. Quand on fait le plein de son véhicule, on paye, quand j'achète mon pain tous les jours on paye. La vie de maintenant est cher ! Vivre de sa passion encore bien plus. Alors si vous pensez qu'en vendant un essaim pour bien moins il est possible d'en vivre, qu'attendez-vous pour le faire ?

- Une petite leçon de calcul pour tous ces "déblatérateurs".
Une ruche mère peut fournir 4 essaims artificiels par saison pour qui sait élever (encore faut-il savoir élever !). 60 ruches mères, c'est donc une production de 240 essaims (sur le papier). On retire à cela 25% de taux de rebut pour non conformité, ce qui donne 180 essaims. Un tiers sera utilisé pour les besoins internes de l'exploitation et 2/3 à la vente soit 120 essaims. Les 60 essaims non produits pour l'exploitation ne produiront pas d'essaims l'année suivante puisqu'ils n'existent pas. Mais pas seulement !
Les ruches mères qui ont été volées, elles non plus ne produiront pas ce qui, au bas mot, représente 240 essaims qui ne pourront pas être produits et vendus sur les 2 saisons à venir, d'où une perte d'exploitation importante, largement au-dessus des chiffres annoncés dans la presse, auxquels il faut aussi ajouter le prix du matériel à remplacer.
- Il y a ceux qui élèvent et ceux qui produisent du miel, c'est un choix au même titre qu'en agriculture, il y a les éleveurs de bovins (filière viande), et les laitiers. Bien que dans les deux types d'exploitation, ces agriculteurs vivent de leurs vaches, ils exercent un métier différent. En apiculture, il en est de même. J'ai choisi l'élevage tandis que d'autres choisiront la production de miel. C'est un choix, sachant qu'on ne peut pas mener les deux activités de front car ce sont deux métiers différents.

- le plus déplorable et minable..."
- Parmi tous ces gens qui ne savent que porter des critiques et attaques dans les forums, combien se sont fait voler leur outil d'exploitation ? Combien sont-ils à m'avoir passé un coup de fil ou un mail de soutien ? Alors honte à vous qui avilissez les blogs et forums, Honte à vous qui passez votre temps à écrire des conneries qui démontrent votre ignorance au lieu de vous réunir pour faire une bonne action pour aider plutôt qu'enfoncer par des propos diffamants. Restez-donc à faire mu-muse dans votre bac à sable ! Je ne vous souhaite pas de connaître un tel malheur.

. Ma conclusion

Très peu de forums sur l'apiculture sont réellement sérieux sur le net. Quand un sujet est lancé, si intéressant fut-il à sa base (futile, dirai-je en vous voyant avec le cageot de tomates), combien de fois dévie-t-il de son intérêt ? Certains passent pour des "mecs supers connaisseurs" puisqu'ils arborent et totalisent un score impressionnant de réponses. Mais quand on creuse un peu, après avoir éliminé les "salut machin" "OK pas de koi" et autres phrases comptabilisées, il ne reste pas grand chose si tant est qu'il y eut un jour un semblant de quelque chose!
Je trouve regrettable que les "administrateurs" dits aussi "modérateurs" des forums laissent publier des propos parfois diffamants surtout quand ils touchent à la personne. Enfin, comment leur apporter du crédit tant que les personnes qui écrivent le font sous couvert de pseudonymes qui changeront sous un autre de ces forums ? Ah on en voit des soit-disant professionnels donner leur avis mais quand on lit leurs réponses ou affirmations, on voit bien qu'ils ne sont professionnels que de leur simple imagination. Si le plus grave était là, je n'aurai pas pris soins d'y consacrer une seule ligne, mais quand je lis certaines affirmations ou réponses données, pas étonnant de voir les catastrophes s'amonceler, comme si l'apiculture avait besoin de ce fardeau supplémentaire !

Je regrette de laisser les crédules à leur triste sort.. mais après tout chacun n'est-il pas libre de lire ce qu'il veut ? Si chercher des réponses sur le net vaut mieux que s'instruire dans un stage de formation en apiculture de terrain, libre à vous !
Mes propos dérangent c'est sûr, ne serait-ce qu'à voir comment certains tentent et s'acharnent à démontrer que.. lisez plutôt ceci vous en saurez un peu plus sur le sujet qui a fait couler tant d'encre.
Heureusement qu'il reste encore des personnes sensées !
Si vous décidez d'acheter mon livre, n'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, vous, à qui celui-ci est dédié !

Merci d'avoir pris le temps de lire cette page.



. Pour débuter en Apiculture sur de bonnes bases:

Comment débuter en apiculture ?
Comment et Quand débuter en Apiculture ?

Pour comprendre l'apiculture d'aujourd'hui ou bien effectuer un démarrage simple et sans échec
420 Pages avec de nombreuses illustrations couleur pour seulement 29 eureos seulement
Vient de paraître, + d'infos et commande en ligne  ici

Regardez ici ce qu'en disent les premiers lecteurs: témoignages en ligne
Pour toute commande passée sur ce site, je vous offre une dédicace personnelle

page précédente