Disparition des Abeilles: Causes

La Disparition des Abeilles       - par Bernard NICOLLET -


Date de révision: 01/03/2015

. Une dispartion totale programmée ?

La Disparition des Abeilles.. Est-ce réellement un Mystère ?
La Disparition des Abeilles..
Est-ce réellement un Mystère ?
Partout dans le monde, les apiculteurs pleurent la disparition de leurs abeilles. L'agriculture est certes responsable en majeure partie des lourdes pertes constatées mais elle n'est pas la seule à mettre en cause. Nombre d'apiculteurs eux-mêmes dans leur conduite irresponsable conduisent l'espèce à sa perte. Je vous propose d'étudier ces deux phénomènes et d'en tirer vos propres conclusions:
  • - La responsabilité de l'agriculture
  • - La responsabilité de l'apiculteur

.1/- L'agriculture et l'usage des pesticides.

Tout d'abord, je vous conseille de visionner cette vidéo, issue d'un reportage publié sur National Géographic, (une chaîne de télévision), intitulé " Le silence des Abeilles". On pourrait penser que seuls les pays industrialisés sont touchés par le phénomène pesticides. Mais au juste qu'est-ce qu'un Pesticide ?
Un pesticide est une substance chimique (la plupart du temps) utilisée pour lutter contre des nuisibles. Ce terme est un mot générique sous lequel différentes sortes de produits de traitements sont rassemblées: Insecticides, fongicides, herbicides (désherbants), parasiticides..
Certains de ces produits sont dits "systémiques".. ce sont des produits qui pénètrent à l'intérieur de la plante et qui sont véhiculés par la sève de celle-ci. Toutes les cellules de la plante sont donc atteintes car la sève est la source de nourriture et de l'énergie des cellules. Or, certains insectes mangent ou utilisent les végétaux. On dit que ce sont des insectes phytophages. Parmi la vingtaine de sous termes concernés par cette grande famille et selon ce qui est consommé dans la plante, (Phyllopahes, herbivores, succivores, Xylophages etc..) on retrouve nos abeilles qui sont Nectarivores et Pollinivores. L'apiculteur parle plus aisément du terme "butineuses".

Disparition des Abeilles: Les pesticides en 1ère ligne:

Pendant quelques décennies, les agriculteurs on "épandu" des millions de tonnes de ces produits sur leurs cultures afin de les préserver contre les attaques de certains insectes dits "nuisibles". Malheureusement, ces traitements ont eu pour conséquence de briser un biotope lié au cercle de la vie d'une faune tant animale que végétale.. Citons un ou deux exemples:
   - En détruisant le puceron par un insecticide sélectif, c'est la coccinelle qui ne trouve plus sa nourriture. Or la coccinelle suit directement le cycle des pucerons car elle est son principal prédateur. C'est donc une erreur grave de l'agriculture que de traiter les cultures contre le puceron. Les firmes phytosanitaires savent comment faire peur aux agriculteurs pour influencer et canaliser leur comportement. Ils savent surtout comment cultiver leur paranoïa..
   - Les vers de terre eux, sont très utiles pour l'aération et le maintient de l'humidité de la terre. En Agriculture de "conservation" (c'est une sorte d'agriculture ancestrale qui revient à la mode de nos jours), Les agriculteurs ne labourent plus leurs terres mais procèdent à des griffages et paillages pour conserver l'écosystème dont les vers de terre (quand en catimini, ils n'ont pas recours à certains pesticides puissants).
   - En utilisant des produits de traitement sur les arbres fruitiers avant leur floraison (et souvent même pendant celle-ci) les arboriculteurs font leur propre malheur. Saviez-vous qu'un arbre fruitier visité par les abeilles produit en moyenne 30% de plus et que les fruits sont nettement plus beaux et plus goûteux ? Sans compter sur le fait qu'ils sont également plus résistants aux maladies ! Malheureusement, commandés par les consommateurs qui préfèrent et privilégient l'aspect plutôt que la qualité, tout est "gabarisé" y compris le tape à l'oeil.

Une petite anecdote:

J'ai implanté un rucher dans un verger qui était plus ou moins à l'abandon et dont le propriétaire n'avait plus le temps de s'occuper. Au printemps suivant, mes abeilles étaient par milliers dans les fleurs des pommiers et poiriers. Quelle ne fut pas la surprise du propriétaire lorsque à l'automne, il fit une récolte du siècle ! Pourtant, il ne crut pas un instant qu'il devait remercier les abeilles.. Mais l'année suivante, alors que tous les pommiers des alentours hors de portée de mes abeilles n'avaient rien donné, ses arbres croulaient sous les fruits. Plusieurs branches non étayées ont  même été cassées. Un de ses pommiers s'est totalement couché sur deux de mes ruches tant il était lourd en pommes. Force lui a été de reconnaître que les abeilles avaient fait un travail remarquable de pollinisation. Il a prêché à qui voulait bien l'entendre que les abeilles effectuaient un travail merveilleux.

Disparition des Abeilles: Les monocultures

Nous pourrions parler de très longues heures sur les pesticides, et lancer un vaste débat mais ce n'est pas le but de mon site. Je vous laisse pour cela le soin de regarder les émissions et reportages télé (Je vous recommande l'excellent film "Le Titanic Apicole") en vente ici dans ma petite boutique. Mais si quelque chose me tient à cœur, c'est de parler ici des cultures et des monocultures.
Les groupes phytosanitaires ont en effet mis au point depuis plusieurs années des molécules capables de réduire le volume des traitements. Ainsi par exemple, la tendance à la pulvérisation s'estompe au profit des semences enrobées. L'agriculteur plante donc maintenant des semences qui n'auront pas besoin de traitements insecticides tout au long de leur croissance puisque c'est la graine elle-même qui a été baignée dans un traitement chimique dit "systémique". Comme nous l'avons vu un peu plus haut, cet insecticide systémique va suivre en parallèle toute la croissance de la plante jusqu'à sa récolte en utlisant la diffusion de la molécule par la sève qui nourrit jusqu'à la moindre cellule. Tout est donc contaminé ! C'est ainsi que l'abeille qui en récolte le pollen, rapporte à la ruche un véritable poison pour les larves à naître. L'abeille n'a aucun moyen de savoir que le pollen est contaminé et qu'il représente un véritable danger mortel. Trois cultures en France sont principalement et directement impliquées dans le syndrome de la disparition des abeilles: Le Tournesol, le Colza et le maïs (Le blé également mais les abeilles n'y vont que très rarement).
Partout où il y a de telles cultures, hormis bien entendu les zones de cultures biologiques, on peut hélas constater des taux de mortalité nettement supérieurs à la moyenne. Ces taux, soit dit en passant, peuvent atteindre plus de 80% du cheptel de l'apiculteur. Dans le grand débat sur les OGM, j'ai moi-même constaté la perte de plus de 80% de mes ruches en présence de champs de maïs OGM. Mais OGM ou pas, c'est la même désolation. Voici mon expérience à ce propos:

La fin programmée de la Transhumance ?

Il y a quelques années, alors que mon cheptel se multipliait très correctement d'une façon exponentielle, je fus attiré par la transhumance en pensant qu'il serait bien de produire d'autres essences que notre "miel de montagne". D'autre part, je trouvais l'idée séduisante d'offrir à nos abeilles, des fleurs différentes ou en quantités importantes alors que nos floraisons locales étaient terminées. J'ai donc passé quelques petites annonces dans les journaux gratuits de plusieurs départements de France afin de rechercher des terrains d'accueil pour mes ruches..

transport d'abeilles pour d'autres lieux
La Transhumance provoque du stress..

J'en ai trouvé immédiatement un peu partout, ne me laissant que l'embarras du choix. Et c'est ainsi que je fis la connaissance d'un agriculteur de la Nièvre qui me vanta la qualité de son travail sans aucun traitement aux pesticides.
De plus, il faisait des semences en "décalé" misant sur de belles arrières saisons.. Séduit par l'idée et devant l'immensité de ses cultures de sarrasin notamment, je décidais d'implanter un rucher d'une centaine de colonies, tout content de trouver une source riche en pollen pour mes abeilles..
Nous voilà donc en route pour notre première vraie transhumance.. Au moment du lâcher, entendez de l'ouverture de mes ruches, ce fut un spectacle hallucinant de bonheur.. Les ruches "crachaient le feu" à se demander comment autant d'abeilles pouvaient être concentrées dans une seule unité .. Des SBDC !! (Super Bêtes de Compétition). En quelques minutes, elles étaient déjà sur les fleurs..

Moins de quinze minutes après l'ouverture de la première ruche, les abeilles rentraient déjà les pleines pattes de pollen..Quoi de plus merveilleux ?   Sur le chemin du retour, Christine et moi discutions dans une certaine euphorie d'un spectacle que nous n'avions jamais connu jusqu'à ce jour. Étant donné que ce gros rucher était situé à plus de 180 Km de chez nous, nous avions disposé une hausse sur chacune d'elle, bien qu'il leur restait à tirer à toutes encore un cadre ou deux.
Nous espérions une récolte se chiffrant à plusieurs tonnes tant l'étendue de culture était conséquente. Je me souviens même m'être interrogé sur le fait bizarre qu'aucun apiculteur des environs n'ait proposé d'implanter des ruches..

Je ne vais pas tarder à constater la disparition de mes abeilles..

Une dizaine de jours plus tard, nous venons effectuer notre première visite d'estimation. Les hausses étaient pleines à 50% aussi, nous décidâmes de placer une hausse supplémentaire.. Jusque là, notre estimation semblait se dessiner et prendre tournure. L'agriculteur nous expliquait qu'il voyait des abeilles partout sur ses champs et que lui aussi envisageait une bonne récolte.. Un super partenariat en quelques sortes.. Oui mais..

Disparition des abeilles à cause de pollens contaminés
Disparition des abeilles à cause de pollens contaminés

J'observais alors que les allers et venues des abeilles n'étaient pas aussi conséquents que le premier jour.. Vu le vent du nord qu'il y avait, je ne m'inquiétais donc pas outre mesure d'autant plus que les ruches exhalaient un parfum de crêpes au sarrasin.. hum ! de quoi étouffer la moindre suspicion. Il y avait du monde dans les ruches, du couvain et de la ponte.. Tout pour rassurer.. Et pensant aux presque 200 hausses à miel disposées maintenant sur le rucher.. il y avait de quoi s'émerveiller mais aussi rentabiliser ce fort coûteux déplacement. Était-ce cela la récolte du siècle dont chaque apiculteur a sa petite histoire à raconter ?
Une dizaine de jours plus tard, alors que la floraison du sarrasin battait son plein (c'est une floraison qui va de Août jusqu'aux premières gelées) et que son tournesol tardif en culture décalée présentait ses premières fleurs, je fus surpris en entrant sur le rucher de ne pas voir un vol d'abeilles important. Le temps était au beau, la température était celle d'un début de mois d'Août, chaude mais pas trop.. et pourtant.. presque pas d'abeilles.
Devant les ruches, quelques cadavres de larves et de jeunes abeilles mais pas exagérément ni de quoi inquiéter. Le constat sur la première ruche de rang nous laissa voir qu'il n'y avait pas d'abeilles dans la seconde hausse et très peu dans la première. Le miel était en voie de disparition et sur les 50% estimés lors de notre passage précédent, la quantité devait à peine atteindre les 10%. Continuant notre visite, nous découvrons alors que nos "SBDC" étaient devenues nonchalantes ce qui n'avait jamais été le cas depuis notre entrée en Apiculture.
Dans certaines ruches,  il n'y avait presque plus d'abeilles.. Rencontrant donc l'agriculteur, je lui demandais s'il avait effectué un traitement.. Il me fit la promesse sur son honneur qu'il n'avait rien fait de tel, mais qu'il avait également observé une activité très réduite de nos ruches et souhaitait de son coté, obtenir de ma part une explication.

Disparition des Abeilles.. en plein dans le mille pour des années !

Le Sarrasin est une plante moyennement mellifère mais étant donné la longévité de sa floraison jusqu'au mois de novembre, il n'était pas possible de connaître une "famine" pour nos abeilles..
Travail inverse donc, nous retirâmes toutes les secondes hausses et opérâmes sur quelques ruches au rassemblement des cadres de couvain..
A la mi-Août, lors d'une nouvelle visite, la catastrophe qui s'annonçait se confirma. Plus du tout de miel dans la hausse et situation de famine pour l'ensemble des ruches. Ayant prévu un nourrissement de secours au cas, où, tout notre sirop fut englouti en quelques heures.
En colère emprunte de désarroi, nous décidâmes de rapatrier le rucher d'urgence sur un rucher de quarantaine à proximité de chez nous pour essayer de sauver ce qui pouvait l'être. Au moins, nous serions sur place pour nous occuper de nos abeilles..  L'agriculteur continuait à jurer les grands dieux qu'il n'avait pas traité.
Cette année là, nos cent ruches furent totalement décimées. Mais tout ne s'arrêtait pas avec la seule perte de ce rucher. (Lisez bien ce qui suit car cela doit vous servir)..
En triant toutes nos ruches décimées, nous avons mis de coté tous les cadres propres, avec de belles cires et alvéoles jaunes et pouvant resservir et profité de passer à la chaudière à cire, tout ce qui était vieux ou "archi-propolisé". Certains cadres étaient chargés de pollen, nourriture indispensable à l'élevage des larves. Nous en fîmes immédiatement profiter à l'ensemble de nos jeunes colonies qui en avaient le plus grand besoin. Puis, la fin de saison étant là, nous arrêtâmes notre activité apicole pour quelques jours de repos bien mérités.
Le printemps de l'année suivante allait nous laisser un goût amer de désolation. Alors que nous procédions à une visite de printemps comme chaque année, nous découvrîmes des ruches mortes, avec une toute petite poignée d'abeilles blotties dans les cellules, et réparties en cercle. Sur les planchers, tout juste quelques abeilles mortes, sans plus.. devant les ruches, pas de cadavres en particulier..
Au total, 108 ruches décimées ! Mais que s'est il encore passé ? Devais-je envisager d'arrêter mon activité car je n'étais qu'un piètre apiculteur ? .. Quand le doute s'installe, on ne sait plus.. Bien que je sois un homme, mon coeur était déchiré et poignardé par une question: "Pourquoi ?"
Laissez moi vous dire que j'ai passé au crible tout ce que nous avions fait ou pu faire ou ne pas faire..  Puisque nos fiches de travail tracent tout ce que nous opérons dans chacune de nos ruches, c'est ainsi que je compris que le seul lien qui unissait tout cela tenait dans le pollen. Les ruches qui n'avaient pas reçu des cadres de pollen  en renfort avaient bien passé l'hiver. Toutes les autres sans exception furent découvertes mortes.
Suspectant une maladie virale, nous éliminâmes tous les cadres (même des cadres de moins d'une saison) afin de stopper l'hémorragie. Cette année là, nous avons travaillé dur à la reconstitution de notre cheptel et nous avons passé un peu plus de 1500 cadres au feu !
Travaillant d'arrache-pied du matin au soir pendant toute la saison, notre cheptel commençait à reprendre forme.

Rebelote et dix de der..

En début de saison, l'agriculteur nivernais nous contactait pour nous proposer son plan "fleurs" pour nos abeilles. Il avait en effet planté 150 hectares de tournesols décalés, plus deux hectares de phacélie uniquement plantés pour nos abeilles (Plante la plus mellifère qui soit avec un rendement de 600 Kg de miel en moyenne à l'hectare).
Son plan était alléchant d'autant plus qu'il me proposa d'implanter mes ruches où bon me semblerait sur sa propriété (près de 600 Ha).
N'ayant pas utilisé de RoundUp ni produits phytosanitaires de traitement je fus toutefois intéressé par ce tournesol décalé qui apporterait à mes colonies une ressource incontestable de pollen en fin de saison. Christine n'était pas d'accord mais avec force de persuasuion, je finis pas lui faire admettre qu'on ne savait pas de manière absolue d'où venait le problème de mortalité que que nous n'avions pas de preuves formelles que cette mortalité d'abeilles venaient de ses cultures, surtout quand, de surcroît, l'agriculteur jurait sur l'honneur qu'il ne traitait pas ! Et c'est ainsi que, confiance aidant, je décidai de créer un nouveau rucher d'une cinquantaine de colonies.
Inutile de réécrire toute cette anecdote, mais si vous la reprenez depuis son début, ce deuxième rucher connut exactement le même sort y compris l'épisode de mortalité au début du printemps de l'année suivante.

Nous avons donc acquis l'absolue certitude que la mortalité de nos abeilles était liée directement aux pollens car nous avions fait une bonne récolte de miel dans tous les autres ruchers sauf dans celui-là. En effectuant une enquête auprès du semencier qui fournissait notre agriculteur, nous avons découvert que celui-ci ne vendait que des semences enrobées, et que si l'agriculteur souhaitait des semences non enrobées, il devait en faire expressément la demande plus d'un an avant.
Les agriculteurs guidés par l'impitoyable loi des subventions ne savent pas ce qu'ils vont planter l'année suivante; comment peuvent-ils dès lors commander des semences à l'avance.. Bien triste agriculture !
Des questions pour moi resteront toute ma vie en suspend : L'agriculteur avait-il connaissance que ses semences étaient enrobées ? Quand je lui ai posé la question il m'a promis que non.. Grave.. très grave.. Voici quelqu'un qui dit ne pas traiter.. je le crois volontiers et sur parole, mais j'ai appris à mes dépends ce que mensonge par omission laissait bien des choses au vestiaire .. Quelle naïveté !
Quoi qu'il en soit, à qui faire confiance de nos jours ?

Parallèlement à cette catastrophe, j'ai également constaté que mes ruchers implantés près de champs de maïs, connaissaient eux aussi un taux de mortalité bien supérieur à la moyenne. Depuis quelques années, on constate un peu partout sur la planète que l'abeille est en train de disparaître mais pour moi maintenant, rien d'étonnant à cela.
Forts de notre expérience avec les abeilles sur les cultures, nous avons décidé de déménager tous nos ruchers dans des zones hors cultures. Quand cela concerne une ou deux ruches, c'est assez facile, mais cela devient un vrai casse-tête quand on parle de plusieurs centaines. Nous avons la chance d'être dans une zone montagneuse où il n'y a pas ou très peu de champs de cultures. Le Charollais étant plus une zone d'élevage, cela limite assez le développement du tournesol, colza et maïs.  
Cette année, alors que l'acacia venait de terminer sa floraison et que le châtaignier donnait à plein, nous avons découvert un peu par hasard  la présence d'un champ de Maïs à moins d'un kilomètre à vol d'abeilles de l'un de nos ruchers.. Traitez moi de paranoïaque du maïs, mais nous avons déménagé ce rucher d'une quarantaine d'unités juste avant sa floraison. Il n'est pas besoin de voir des hectares et des hectares de maïs.. un simple champ de 5000m² peut à lui seul décimer tout votre rucher dès lors que sa semence est passé par un enrobage insecticide.

Il faut que des mesures énergiques soient prises, il en va non seulement du bien-être de nos abeilles mais également et de surcroît, de la santé de l'homme
De quoi être inquiets n'est-ce pas ?

Je pense sincèrement que c'est le prix à payer pour garder ses abeilles. En tenant ce propos dans une de mes conférences, un apiculteur m'interpella pour me dire qu'il avait un rucher depuis des années près de champs de maïs et qu'il n'avait jamais eu de problème. Je me souviens de ma réponse qui fut celle-ci: "C'est parce que l'agriculteur n'a pas encore utilisé de semences enrobées, malheureusement, tôt ou tard, à moins d'être en "Bio", il y passera.
L'année suivante, j'appris que l'apiculteur en question avait perdu la quasi totalité de son rucher..

Oui, je suis particulièrement inquiet..  Merci à Hervé qui a su capturer cet instantané.

Pour éviter la Disparition de vos abeilles :

Fuyez les cultures ! surtout si vous enregistrez des taux de mortalité importants. Les abeilles ne vont sur le Maïs que lorsqu'elles n'ont pas d'autres ressources polliniques car le pollen de maïs fait partie des pollens pauvres.
C'est peut-être la seule voie qui épargnera vos abeilles.. D'autre part, les abeilles trouvent une source d'eau sur les feuilles de Maïs qui suinte ses perles de rosée si attirantes. Or même ce rejet de la plante est pollué et constitue un poison direct pour l'abeille qui s'en abreuve. Aussi, dans votre rucher, disposez d'abreuvoir(s) ! On en trouve des modèles pas chers dans les magasins spécialisés pour le jardin. Un abreuvoir à poules convient parfaitement dès lors que vous déposez des cailloux pour ne pas que les abeilles se noient.
Pour 10 litres d'eau mélangez une demi tasse à café d'eau de javel (les abeilles aiment bien le chlore), ainsi, elles n'iront pas chercher l'eau ailleurs.

Lorsque vous implantez un rucher, vous devez "faire le tour" des sources d'approvisionnements de vos abeilles. Il faut une biodiversité importante et tournante au cours des saisons. Je vous conseille d'avoir toujours un terrain de "dégagement" même si celui-ci est placé un peu plus loin.. Cela vous permettra de déplacer vos colonies, le temps de la floraison des cultures. Il vaut mieux faire moins de miel que perdre ses colonies.
Si vous habitez une zone de cultures, la survie de vos abeilles ne tiendra qu'à un fil à moins que vous n'ayez la chance d'être sur une zone BIO ! Malheureusement, elles sont trop peu nombreuses ce qui vous obligera peut-être à parcourir des kilomètres pour trouver un lieu favorable au moins pendant le temps de la floraison des cultures environnantes .

Aujourd'hui, l'agriculture se modernise, rien qu'à en juger par les engins agricoles pilotés par ordinateur et liaison satellite avec des programmes spéciaux conçus par les firmes mondiales qui produisent des pesticides toujours plus "sélectifs".
Mais il faudrait surtout moderniser le dialogue entre apiculteurs et agriculteurs et peut-être d'avantage espérer un vrai engagement de nos politiques qui malheureusement portent des paires de menottes, autant que les agriculteurs et dont la parole ne vaut pas mieux..

Ceci dit, il y a une autre cause dans la disparition de l'abeille: La responsabilité et les fautes de l'apiculteur, ce que j'expose dans mon cours d'apiculture mais aussi dans mon livre "Comment débuter en Apiculture ?" (voir l'encadré ci contre)

Une décision politique bien maigre..

Alors oui, on peut toujours saluer cette "victoire" des apiculteurs pour qui, la Commission européenne a pris la décision d'interdire pour 2 ans, certains de ces insecticides tueurs d'abeilles mais n'est-pas une fois de plus de la poudre aux yeux ? Cette décision ne prendra effet que pour 2 années au bout desquelles la décision de reconduite sera prise ou non. Mais soyons clairs ! Cette décision ne sera effective qu'à la fin décembre 2013 et entre temps, la majorité des cultures concernées comme le colza auront été semées. C'est donc seulement en 2015 que nous pourrons ressentir les tous premiers effets. Par conséquent, vous vous en doutez bien, nous n'aurons pas le temps de dresser un bilan de l'aspect positif de cette décision.

Ce qui est scandaleux, c'est de voir le sempiternel chantage des laboratoires qui brandissent le spectre de la perte de 50.000 emplois sans parler du chiffre d'affaire perdu ! Alors là, si personne ne réagit à de tels propos, c'est que nous sommes vraiment endormis et noyés par les infos ! On se contrefiche de polluer et de détruire dès lors que cela rapporte ? Quel discours abject et scandaleux !
Prions pour que le bon sens des instances gouvernementales ne soit pas dupes et fassent taire ces propos. C'est sûr, il y aura une perte de chiffre d'affaires dans un premier temps mais à court terme, ce sont des économies sur les budgets de santé qui compenseront ! L'ensemble de la fillière apicole pourra à nouveau retrouver le sourire mais pas seulement ! les arboriculteurs, les viticulteurs, les maraîchers et plus généralement toute la fillière agricole pourra tirer un bénéfice. D'une part en achetant moins de pesticides, d'autre part en engrangeant de meilleures récoltes pollinisées par les abeilles. On peut rêver non ?

Question sur cette page ?

Une question à propos de cette page ?
Posez-moi votre question et recevez gracieusement ma réponse par e-mail dans les meilleurs délais Cliquez ici"

Page 1