APICULTURE: Bienvenue dans notre passion

Apiculture: Bienvenue dans le monde merveilleux des abeilles

Article écrit le: 07/04/2005.
Dernière révison: 31/10/2015

. Bienvenue dans un monde ouvert à tous

Depuis une quinzaine d'années, les abeilles ont envahi ma vie et celle de Christine mon épouse. Nous avons lâché le monde de la haute technologie pour nous reconvertir dans un métier très chaotique et capricieux puisqu'il dépend essentiellement de la nature, de son dérèglement et surtout hélas.. de la bêtise humaine. N'ayant pas suivi l'apiculture de mes parents, j'y suis venu "sur le tard", lassé par une vie trépidente d'un monde trop technologique et trop souvent inhumain qui m'a fait parcourir les différents continents et pays de la planète pendant plus de vingt ans.

A un moment donné de notre existence, un retour aux sources peut s'avérer nécessaire et salutaire...
Un moment propice où nous nous posons les vraies questions sur les vraies valeurs, celles qui nous font prendre conscience que nous courrons bien souvent après des futilités trop virtuelles, volatiles ou mercantiles et que nous passons à coté de choses simples sur lesquelles nous n'avons pas le temps de poser notre regard tant nous sommes le nez dans le guidon de la vie active.
On découvre, on se pose une foule de questions, on se passionne et soudain notre sens de la vie se transforme.. Pourquoi ? Comment avons nous pu passer à coté de choses aussi simples tout autant que vitales ?
Je vous invite à lecture de mon site, qui n'a pour autre but que vous aider à réfléchir et découvrir (ou redécouvrir) ce monde si merveilleux des abeilles.. Je vous encourage à vous lancer à votre tour mais pas n'importe comment. 

. L'Apiculture, un monde passionnant...

Elle s'ouvre à tous quelque soit notre niveau de vie ou de culture mais il y a un minimum de choses à respecter, à commencer par les Abeilles elles-mêmes. N'en déplaise à Darwin, pour moi, les abeilles ne peuvent qu'être issues de la Création et en attendant,  croyance ou pas, c'est à nous que revient la tâche de les protéger ou de lutter contre l'avidité qui règne aujourd'hui et qui veut la transformer en bête de production de miel, de reines ou d'essaims, au détriment de la Nature mais aussi des générations à venir. Quelle planète pour nos enfants, petits-enfants et arrières ? Doit-on se contreficher plus longtemps de cette situation qui tire l'abeille vers sa perte puis, en suivant, la notre ?

. Notre objectif apicole..

Nous travaillons exclusivement à la sauvegarde et réimplantation de l'Abeille Noire, (Apis Mellifera Mellifera) une sous-espèce qui peuplait jadis nos campagnes aux cotés d'innombrables espèces de papillons et qui malheureusement est en voie de disparition, devrais-je préciser "d'extinction". Christine et moi ne poussons pas nos abeilles pour produire du miel à tout prix. Nous privilégions avant tout le respect de la nature, autant que cela dépende de nous, et leur dur labeur sans leur ajouter un fardeau supplémentaire. Quand il y a du miel, cela nous permet de nourrir nos abeilles pour l'hiver en réduisant nos achats de sucre et nous ne vendons qu'une partie du surplus. Quand il n'y en a pas, on serre un peu plus la ceinture, comme tous ceux qui n'achètent pas du miel pour le revendre mais qui ont pris plaisir à partager le fruit de leurs abeilles.

Abeille et nature : Bernard NICOLLET dans l'étude biometrique des abeilles.
Suivre ses lignées demande beaucoup de temps
La Qualité, voilà ce que nous recherchons, plus que la quantité. C'est la raison pour laquelle entre autres, nous fuyons les zones de cultures et les transhumances qui fatiguent les abeilles tout autant qu'une apiculture "gadget" ou reposant sur de la "bidouille" ou bien encore inconsciente ou irresponsable.
Nous avons trouvé et donné un sens à notre apiculture; celui de nous efforcer de respecter la biologie de l'abeille, de défendre et promouvoir l'Abeille Noire et de lutter avec toutes nos forces et moyens en faisant savoir que les importations et implantations d'abeilles d'autres sous-espèces coûtent cher à ce si merveilleux patrimoine génétique de notre Abeille dite "locale" (abeille noire) en voie de disparition comme hélas tant d'autres espèces.. Pour une fois, cela ne se passe pas à des milliers de kilomètres mais bien tout proche de chacun d'entre nous !
Alors peut-être que si vous achetez des essaims à un revendeur vous ne vous sentirez pas directement concerné mais vous êtes-vous renseigné sur la provenance des abeilles proposées ou la manière dont l'essaim ou la reine ont été produits ?
C'est surtout ici qu'il faut exercer votre capacité de réflexion car comme nous allons le voir dans mes articles de ce site, la "production industrielle" d'essaims contribue pour beaucoup à la perte des abeilles. Malheureusement, bon nombre de petits apiculteurs, calquent également leur méthode de travail ou de production d'essaims selon ces mêmes méthodes au lieu de conserver et transmettre un savoir ancestral qui a produit jadis un revenu à leur détenteur. Aujourd'hui, l'apiculture de loisir non contrainte et libre, ne regarde plus le coté revenu ou complément de revenu, puisqu'il s'agit d'un "loisir" mais suit naïvement des voies qui conduiront fatalement l'abeille domestique dans le mur.
Un combat d'utopistes ? Oui, peut-être.. mais quand je quitterai cette Terre, j'aurai vécu une vie pleine d'une richesse dans laquelle mes choix n'auront pas été guidés par le jemenfoutisme, l'avidité ou par le souci d'enrichissement (contrairement à ce qui se colporte sur les forums), mais par l'amour de la nature, celle qui aujourd'hui nous fait encore vivre, de ce qu'elle nous offre et surtout, comment nous pouvons apprendre d'avantage à la respecter et la protéger.

Ma Spécialité: la production et l'élevage d'essaims d'abeilles:

A la tête d'un merveilleux Cheptel de plusieurs centaines de colonies basées dans notre région majoritairement et d'autres, nous produisons aujourd'hui avec la bonne volonté de nos abeilles et selon les conditions météo, des essaims issus de lignées d'Abeilles noires (Apis Mellifera Mellifera L.1758), et qui ont été authentifiées par les plus hautes instances scientifiques françaises.
Le travail est immense même si les revenus ne sont pas hélas à la hauteur de la tâche et des heures investies. Notre récompense est autre: d'abord un métier passion, puis voir que nous parvenons pas à pas, à faire comprendre à plus en plus de personnes, que l'avenir de l'abeille passe par l'arrêt des implantations de certaines sous-espèces qui contribuent de loin à la dégénérescence et la "mondialisation" de l'abeille. L'hybridation ou le métissage volontaire ou involontaire n'apporte rien de bon pour l'avenir si ce n'est qu'une fragilisation du patrimoine immunitaire de l'abeille contrairement à ce que certains prônent avec des mots bien ronflants comme "la biodiversité génétique " qui au fond est polluée par l'idée sous-jacente d'une pseudo liberté d'action pour produire toujours plus et faire mieux que le copain. Mais quel constat pour l'abeille aujourd'hui ? Ne faut-il pas voir là, une fragilisation qui contribue à sa disparition?
Arrêtons de nous voiler la face ! Déjà dans les années 1890, il était constaté que l'importation d'abeilles Carnica ou Italiennes posait des problèmes de métissage et de fragilisation de l'abeille... Un siècle plus tard, nous n'avons toujours pas compris la leçon et poursuivons au nom de la liberté individuelle et mercantile et quand, comme moi, certains s'élèvent contre ces pratiques, on les met à l'index de la marginalité en nous traitant de polémistes. C'est certainement entre autres raisons pour lesquelles vous ne trouverez pas mes livres dans la liste des ouvrages apicoles des syndicats apicoles. Oh, ce n'est pas parce que je ne le veux pas, mais simplement parce que leurs responsables souhaitent les écarter malgré les efforts de mon éditeur. Le plus cocasse dans l'histoire, c'est que ce sont eux qui parlent de diversité.
Je ne cherche pas à imposer mes idées, je vis avec et c'est déjà beaucoup. Tous les jours que Dieu fait, je les passe sur le terrain, auprès de mes abeilles du lever du jour à la nuit tombante. Mes moments de répis sont peu nombreux car pendant la période hors saison qui dure 3 mois, j'enseigne bénévolement l'apiculture dans des pays où le besoin est grand et où l'apiculture constitue parfois la seule source de revenus de petits paysans bien pauvres

Parmi mes interrogations, je me demande pour quelles raisons l'homme veut une mondialisation du patrimoine génétique de ses abeilles. A l'origine de la Création, n'a-t-il pas été prévu une adaptation de chacune des espèces et sous-espèces dans un milieu qui leur était propre ? Par exemple; les abeilles du Caucase (Apis Mellifera Caucasica) sont particulièrement bien adaptées dans la chaîne des hautes montagnes de cette région. A la limite, elle a voyagé de manière naturelle mais toujours dans des régions européennes élevées. L'abeille italienne (Apis Mellifera Ligustica) est une abeille d'origine du sud Europe etc.. A quoi cela rime-t-il "d'importer" ou d'implanter des abeilles non adaptées mais que l'homme tente d'acclimater dans sa géolocalisation personnelle ?   Ne faut-il pas là, voir une des causes de l'affaiblissement de l'apiculture de nos jours ? Ce n'est peut-être pas votre sentiment, mais en attendant, c'est ma conviction. Depuis que je suis entré dans cette philosophie et développe l'Abeille Noire, je constate beaucoup moins de maladies, moins de pertes et j'ai vraiment la joie de conduire ce merveilleux cheptel de colonies stables et douces. L'abeille noire une abeille douce ? OUI ! il n'y a que ceux qui ne la connaissent pas qui affirment le contraire et la critiquent; Il vont même jusqu'à dire qu'elle n'existe plus. Mais si cette race n'existe plus, comment se fait-il qu'eux mêmes puissent travailler avec d'autres races pures ?
Ainsi, cela tente à justifier leur liberté de travailler avec d'autres abeilles non endémiques.

Alors oui, bien sûr, il est facile de pointer du doigt une agriculture totalement assassine, ce qui est un fait bien établi et incontestable, mais qu'en est-il de notre attitude en apiculture quand le but masqué de l'importation d'abeilles ou de reines étrangères n'a pour autre intérêt qu'essayer de produire plus de miel en osant faire croire qu'elles sont plus douces ? Je ne suis pas certain qu'implanter ou tenter d'adapter des abeilles hybrides ou d'autres sous espèces soit un choix  judicieux, mais libre à vous de faire votre expérience et votre apiculture puisqu'en France ce n'est pas chose interdite.
Pour votre achat d'essaims endémiques, voir ici

L'apiculture, un monde de partisans

S'il est bien connu que les français sont avant tout des gaulois (de moins en moins hélas), les apiculteurs sont avant tout des passionnés sinon, ils ne sont pas apiculteurs. L'internet le prouve puisqu'il est permis à tout le monde de s'y exprimer. Bon nombre de forums que je qualifie de "non constructifs" (pour être gentil) ne font que publier des propos sans intérêt dont les questions posées à l'origine par des débutants en apiculture ne trouvent pas de réelles réponses (j'entends par là, des réponses étayées). Ainsi en est-il par exemple, à propos des formats de ruches différents, de leurs inventeurs. Pour ne citer qu'un exemple, on présente sur un site français Charles Dadant (l'inventeur de la ruche du même nom) comme un arriviste surfant sur la vague du business de la vente de ruches commerciales pour étayer qu'il n'y aurait que la ruche Warré qui soit "la ruche écologique". En attendant, force est de constater que la ruche Warré n'a que des partisans limités au territoire national alors que la ruche Dadant est commercialisée et utilisée avec grand succès partout dans le monde (!). Je ne dis pas pour autant qu'il n'est pas possible de réussir son apiculture avec la ruche Warré, (je relate du reste mon expérience malheureuse avec cette ruche sur mon site).. L'influence de la vague écologique fera affirmer par certains que cette ruche "est" la ruche écologique sous-entendant que ceux qui n'utilisent pas cette ruche sont des ignards ou n'ont rien compris à la nature..
Mais il est un fait plus grave à mon sens: il semble que nous n'ayons pas pris la mesure de ce qui se passe à cause de l'implantation de "races" d'abeilles importées de pays plus chauds et plus tempérés où l'on pratique bien plus tôt que sur notre territoire national, l'élevage intensif et industriel de reines qui viendront remplacer chaque année des milliers de reines jugées bonnes pour la casse. Malheureusement, je dresse le même constat pour les essaims car quel apiculteur n'est-il pas demandeur d'essaims en début de saison pour produire du miel dès sa première année ? Vous trouverez donc sur la toile, des partisans de telle ou telle sous-espèce d'abeilles avec une liste impressionnante de "qualités" mises en avant dans le but de justifier ce choix.

L'abeille se raréfie pour de multiples causes dont la principale est bien sûr l'agriculture, la disparition des zones naturelles, de la forêt etc. Mais pas seulement ! L'apiculture elle-même n'ajoute-elle pas à cette hécatombe ? Pour ma part, j'en suis convaincu et c'est ce que je tente d'expliquer en partie ici sur mon site (oh combien partisan je l'avoue) où je reprendrai une phrase de l'Abbée Delépine (1899) pour ma dernière heure: "à mes lecteurs de dire si j'ai réussi" à faire prendre conscience du danger qui nous guette et d'assister prochainement à l'extinction définitive de l'abeille. Où seront alors les querelles partisanes ?

Faites de l'Apiculture votre nouvelle passion !

Vous êtes débutant ou amateur ? vous souhaitez vous lancer dans l'univers de l'apiculture à petite échelle ou souhaitez-vous faire une reconversion professionnelle?.. Recherchez-vous une formation apicole afin de bien maîtriser ? Alors Bienvenue ! Il y a de la place pour toutes celles et ceux qui ont envie de bien faire même à très petite échelle. En revanche, il n'y a pas de place pour les impatients tant leur taux d'échec est grand  !
Je vous encourage du reste à vous lancer ou reconsidérer votre manière de faire si vous rencontrez des problèmes de mortalité en apiculture !
Vouloir s'occuper d'abeilles, c'est certainement la meilleure décision que vous allez prendre dans votre vie à venir.. c'est vraiment une source de bonheur à la condition toutefois de pouvoir leur consacrer du temps. Si vous n'avez pas de temps.. ne faites pas d'apiculture pour l'instant et revenez quand il sera temps pour vous de vous y mettre, si ce n'est pas trop tard pour les abeilles. Les abeilles ont tant à nous apprendre.. Or, la vie moderne tend à couper l'homme de la communication. Nous navons jamais eu autant d'outils pour communiquer et voilà qu'un des plus grands maux du siècle est justement le

Bienvenue dans le monde de l'apiculture.
Les abeilles ont besoin de nous... de vous !

manque de communication. Alors si vous ne pouvez pas vous passer de votre portable ou de votre internet, sachez que les GSM, SMS et autres texto et compagnie n'ont pas lieu d'être quand nous sommes au rucher, sinon SVP, au nom des abeilles, cherchez un autre loisir, une autre responsabilité..  Mais peut-être est-ce suis-je en train de devenir Le Robinson Crusoé du Cergne ? Le monde des abeilles ne peut être entretenu que grâce à des passionnés ou des personnes vraiment désireuses de le devenir.. des personnes qui sauront prendre le temps.
Quand nous sommes au rucher, nous devons être en osmose avec nos abeilles. Nous sommes là pour leur consacrer notre temps, guetter le moindre indice de quelque chose qui n'irait pas; pas pour être dérangé et devoir nous interrompre alors que la ruche est ouverte. Imaginez un chirurgien en pleine opération dérangé par son portable ou celui d'une infirmière du bloc !  Que le portable reste coupé dans la voiture, ou à la maison ! De plus, les ondes dégagées par celui-ci perturbent considérablement les abeilles même quand celui-ci est en veille. Il est arrivé à plusieurs reprises qu'un ou une stagiaire "oublie" d'éteindre son portable alors que j'en fais systématiquement la demande une fois sur place en donnant les consignes de sécurité. Dès l'ouverture de la ruche, si je constate une certaine agitation des abeilles, je sais alors que quelqu'un n'a pas observé mes consignes. Une fois le portable éteint, les abeilles retrouvent leur calme. Vous pourrez faire cette expérience chez vous quand vous le voudrez avec vos abeilles mais ne vous étonnez pas si celles-ci vous en veulent et déclenchent sur vous une impatiente envie de vous sanctionner à leur manière..
Lisez la suite : Comment devenir un bon Berger des Abeilles ? Cliquez sur le bouton "Page suivante en bas de page

Question sur cette page ?

Une question à propos de cette page ?
Posez-moi votre question et recevez gracieusement ma réponse par e-mail dans les meilleurs délais Cliquez ici"

Page 1    Apiculture avec Abeille et Nature: Aller à la Page suivante