Cadre à jambage pour ruche

Les Cadres à Jambage pour la ruche       - par Bernard NICOLLET - Abeille & Nature -


Date de révision: 25/09/2014

Pour commander mes cadres à jambage, cliquez ici

. Définition du Cadre à jambage

.Une Technique Naturelle de construction rapide

Des cadres à jambage dans la nature ? Les abeilles se débrouillent seules, sans l'intervention de l'homme
Dans La Nature, les abeilles se débrouillent

La Nature nous donne une direction à suivre:
C'est en observant la nature et en cherchant à comprendre que l'on apprend.. Devenir un "Berger des Abeilles" n'est pas compliqué mais tout comme une personne qui adopte un animal domestique, il est indispensable de leur donner beaucoup d'amour, de passion et de temps.
Observer la nature requiert du temps. Tout y est source d'inspiration, de réflexion et de méditation. C'est à la nature que nous devons le pouvoir de nous ressourcer. Comment ne pas admettre l'existence d'un Créateur devant une telle beauté dont nous devrions être les jardiniers et bergers consciencieux?
Les abeilles font partie de cette Création: Puissions-nous les protéger, chacun avec ses moyens pour arrêter ce massacre qui consiste à les détruire pour engendrer les super profits de l'industrie phytosanitaire.
Quand un essaim quitte la ruche, il va devoir se débrouiller seul, sans l'assistance de l'apiculteur (sauf bien entendu si celui-ci l'a suivi et capturé). J'ai choisi la photo ci-contre car personnellement, j'y vois une preuve de l'attente des abeilles face à leur berger. On aperçoit sous la première ramification de l'arbre (un jambage en quelque sorte), un rayon naturel de cire. Vous le croirez si vous le voulez, mais sachez que j'ai pris cette photo dans l'un de mes ruchers, juste en bordure. Les abeilles parties à l'essaimage, se sont mises en évidence un peu comme si elles avaient voulu que ce soit la première chose que je remarquerai en entrant dans le rucher. Et bien c'est gagné car c'est la première chose qui m'a sauté aux yeux. Le plus bizarre dans ce véritable conte, est qu'elles auraient pu partir ailleurs, dans le rucher voisin (situé à 3km), elles auraient pu choisir un autre arbre du rucher, mais pourquoi celui juste en face de l'entrée ? Je vais aller plus loin en vous narrant à quel point elles sont obéissantes tout autant que respectueuses de leur berger. Il se trouve que cet arbre a un fût assez haut, suffisamment en tous cas pour disposer cette branche hors de portée de main sans échelle. Or ce jour-là, je n'avais pas d'échelle ni de marche-pied ni même mon cueille-essaim pour me permettre d'aller le récupérer.
Aussi, m'adressant aux abeilles, je les suppliais de vive voix de descendre car elles étaient beaucoup trop haut pour que je puisse les récupérer: "Allez les filles, descendez !" "Allez, on descend !" "Vous êtes trop haut les filles, je ne peux pas aller vous chercher.. descendez et je m'occuperai de vous... Allez les filles: en bas !" vous savez, un peu comme on appelle son chien qui a envie de jouer alors qu'on a envie de rentrer.. Après une bonne minute, Christine et moi sommes restés bouche bée.. incrédules, tout autant qu'émerveillés et perplexes à la fois. Les abeilles se sont mises en mouvement un peu à la manière d'une colonie de fourmis et se sont mises en route pour descendre le long du tronc de l'arbre. Elles auraient pu choisir de s'envoler.. non elles sont venues se positionner à la racine de l'arbre pour qu'à genoux, je puisse les recueillir.. Croyez-moi, une telle scène est à vous glacer le sang malgré cette joie immense de recueillir cet essaim.
Christine et moi, avons préparé une ruche d'accueil et nous l'avons posée au pied du chêne de façon à ce que les abeilles la repèrent et entrent pour prendre possession de leur nouvel abri, ce qu'elles ont accepté immédiatement. Nous avons ensuite posé la ruche dans le rucher et depuis, celle-ci est toujours habitée par la descendance de cet essaim. N'est-ce pas un conte fantastique ? Et bien sachez que le rayon de cire qu'elles avaient construit est toujours en place dans cet arbre un peu comme si celui-ci devait me rappeler cet épisode, mais aussi pour témoigner que les abeilles sont capables de tirer leurs propres rayons.

Tout à faire:

Emportant avec lui une quantité importante de nourriture et provisions de pollen, l'essaim va devoir repartir à zéro c'est à dire, trouver un abri dans un tronc d'arbre, cheminée, toiture etc.. Quand on connait bien le cycle biologique de l'abeille, on comprend aisément qu'un essaimage peut ne pas bien se passer car tout est une question de chrono. N'oubliez jamais que Les abeilles vivent tout au plus une quarantaine de jours en haute saison !

La Capture d'un essaim
Capture d'un essaim
Elles doivent construire rapidement des premiers rayons de cire afin de pouvoir déposer les provisions dans un premier temps mais aussi pour permettre à la reine de pondre rapidement. Ne l'oublions pas, la longévité des abeilles est très courte (35 à 40 jours en période d'essaimage), or, les abeilles appartenant au groupe de l'essaimage ont déjà vécu. En Apiculture, comment essayer de s'approcher le plus possible de ce qui se passe dans la nature ? Les abeilles ne trouvent pas des cadres de cire gaufrées dans les troncs d'arbres ! Alors, supposons que ma ruche soit une partie d'un tronc; comment s'y prendraient-elles pour construire ?
Encore une fois, sachez que votre sens de l'observation vous permettra de croître dans la connaissance des abeilles.



Avons nous besoin de réinventer la nature ?

Sans aucun guidage, elles construiront leurs rayons certainement pas n'importe comment mais à leur façon qui n'est pas celle qui conviendrait à l'apiculteur (surtout professionnel). il convient donc de les "canaliser" juste un minimum et de les laisser agir.

Sans cadres pour construire leurs rayons, elles construiront un peu n'importe comment
Intérieur de ruche sans guidage

Quand j'ai débuté en apiculture, un très vieil apiculteur m'avait narré son enfance et sa formation apicole par son grand-père. J'aurai pu passer des heures à l'écouter tant il était intarissable en anecdotes, mais aussi en connaissances. Les abeilles étaient toute sa vie. C'est à lui que je dédie cette page car il m'avait expliqué comment faisaient les anciens pour canaliser les abeilles à l'aide d'une baguette de coudrier. Aujourd'hui, il peut certainement constater de son Paradis chez les abeilles que son enseignement n'a pas été vain et que, ce qui est devenu le cadre à Jambage par la force des choses, c'est à lui que je le dois en grande partie.



La philosophie du cadre à jambage

Avant de vous lancer à tester le cadre à jambage dans vos ruches ou de chater sur les forums pour savoir ce qu'ils en pensent... il convient de bien comprendre l'esprit dans lequel je travaille avec cette technique que j'ai lancée dans le domaine public en 2005 après l'avoir validée sur mes propres ruches.
A la recherche de la meilleure méthode qui respecte et privilégie le coté naturel, j'ai fini par comprendre que l'imposition des cadres avec des feuilles de cires gaufrées (c'est à dire des cires pré-alvéolées industriellement) n'avait à offrir d'autre que des cellules femelles aux abeilles cirières. Or, dans la nature, les abeilles ne disposent pas de cires gaufrées... alors que font-elles et comment procèdent-elles ?
Si vous avez la chance de débusquer un essaim naturel installé dans une cheminée, derrière un volet ou dans le creux d'un arbre, observez bien les rayons de cire et évaluez le pourcentage de cellules à mâles et de cellules à femelles. Vous constaterez que 20 à 25%, sont des cellules à mâles ce qui correspond à un chiffre très nettement supérieur à celui obtenu dans les cadres à feuilles de cires gaufrées construits.

Fort de cette observation, j'en ai déduit qu'en ne proposant que des cadres à feuilles de cires gaufrées, les abeilles pouvaient difficilement exprimer leur besoin naturel d'élever des mâles ce qu'elles font quand elles sont rendues au millieu naturel.
Au début du printemps, si vous introduisez un cadre à jambage dans votre ruche, il y a fort à parier qu'elles se mettent immédiatement en devoir de construire un cadre composé à majorité de cellules à mâles car ceux-ci sont généralement manquants au sein de leur colonie. Mais en introduisant le second, ce sera à coup sûr un équilibre mâles - femelles, ou bien tout femelles si elles disposent d'assez de cellules à mâles. Vous aurez ainsi contribué à l'équilibre de votre petite famille. J'ai donc écrit un article intitulé "Le faux-bourdon cet inconnu" dont je vous recommande la lecture ici.
Ceci dit, ne vous découragez pas si votre premier cadre est essentiellement bâtit en cellules à mâles ! Votre colonie sera beaucoup plus harmonieuse car vous lui aurez permis de trouver son équilibre ! Lors de l'introduction des cadres à jambage suivants, tout rentrera dans l'ordre et vous aurez l'agréable surprise de constater que ce sera certainement la colonie qui vous donnera le plus de miel parmi toutes celles qui occupent le rucher!

Si cette technique est bonne..

Pourquoi dans ce cas, les revendeurs de matériels ne proposent-ils pas dans leurs catalogues des cadres à jambage ?
La réponse est simple ! Parce que cela diviserait par 10 leur nombre de feuilles de cires gauffrées vendues. En effet, avec une seule feuille de cire gaufrée Dadant (par exemple), vous pouvez confectionner 11 à 13 bandes-amorces pour vos cadres à jambage.
Je gage que le premier d'entre eux qui proposera ce cadre à jambage à sa clientèle, rattrapera allègrement sa perte de chiffre d'affaires en cire gaufrée..
Personnellement, je n'ai rien à gagner car je n'ai pas breveté le système afin que l'apiculture toute entière en tire profit, tout du moins, que les apiculteurs et Bergers des abeilles qui s'inscrivent dans cette recherche de l'équilibre et du bien-être de leurs colonies en bénéficient ! Essayez-la et constatez par vous-même, vous comprendrez alors ce que signifie une colonie heureuse et harmonieuse..

A l'encontre de ce qui se pratique

Effectivement, le Cadre à jambage va à l'encontre de ce qui se raconte depuis des années à savoir que les mâles ne servent qu'à manger... et qu'ils sont apporteurs du varroa". Ces allégations sont totalement fausses et non vérifiées. Du moins, pas avec la comparaison des cadres à jambage.

Par rapport au Varroa

En apiculture moderne, les cadres à feuilles de cire gaufrée n'offrent pas de place pour les cellules à mâles. Par conséquent, les abeilles (qui ont besoin de la présence des mâles), construisent des cellules généralement le long des parois, ou tout en bas du cadre car c'est là qu'elles disposent le plus de place. Ces endroits correspondent aux endroits les plus froids du couvain. Or si au centre de celui-ci il règne une température de 36° environ, le bas des cadres n'offre qu'une température de 34 à 35°, situation idéale pour la reproduction du varroa. Au printemps donc, effectectivement et dans ce cas seulement, le varroa peut trouver un terrain favorable. Mais qu'en est-il avec les cadres à jambage ?
Dans les cadres à jambage, les abeilles construisent les cellules à mâles là où elles éprouvent le besoin de les élever. Fini donc les cellules rebutées en bas des cadres.
C'est ainsi que vous constaterez que les abeilles bâtissent en haut, en bas, au centre ou au milieu du couvain. Pour moi, c'est le signe incontestable que la nature a bien prévu les choses. En effet, sachant que lorsque la population en mâles est suffisante, la reine n'en produit pas plus, les cellules à mâles deviennent alors des lieux de réserve pour le couvain ce qui offre un avantage énorme: Celui de ne jamais bloquer la ponte de la reine à cause de rentrées de nourriture dans les cellules femelles ! Faites-en l'expérience et vous comprendrez par l'exemple direct. Par conséquent, le risque lié à l'essaimage est réduit, sauf si bien sûr, vous ne posez pas votre hausse quand il est temps de le faire.

Les mâles: un gueuleton permanent ?

Encore une allégation fausse et non vérifiée. Les mâles ne consomment qu'infiniment plus que les abeilles. Si à la palce des mâles, le travail était effectué par des abeilles, il faudrait bien, tout naturellement que celles-ci mangent également ! Or, les mâles sont apporteurs d'énergie sous forme de chaleur. Ainsi, les abeilles peuvent vaquer à d'autres tâches que passer leur temps à chauffer ou ventiler.

Ah l'équilibre !

Personnellement, je n'ai rien à ajouter, si ce n'est que vous encourrager à vous rapprocher de l'équilibre de la nature et d'aider vos abeilles dans ce sens. C'est un tel bonheur que voir ses colonies saines et équilibrées. Faites-en l'expérience dès que vous le pourrez. Prenez une ruche avec laquelle vous établirez une comparaison avec les autres.

Des charpentières qui ne demandent qu'à travailler:

Au début du siècle dernier, il n'y avait pas de cadres standardisés et encore moins de cires gaufrées.. L'apiculture en était aux tous premiers balbuciements des cadres dits "cadres mobiles". L'apiculteur confectionnait un cadre avec des planches de récupération s'il en avait et plaçait deux baguettes de noisetier en les croisant en leur centre avec une petite entaille et un petit bout de fil de laine. Les abeilles faisaient le reste ! Bien que je trouvais cette façon de faire un peu rustique comparativement à notre apiculture moderne, les explications du papi dont j'ai parlé plus haut, ne sont pas restées vaines mais gravées quelque part dans ma mémoire pour en sortir huit ans plus tard. En réfléchissant à la tâche d'un essaim dans la nature et à ma ruche prête à l'accueillir, je décidais donc de placer quelques cadres bois avec seulement une petite "bande amorce".
Quelle ne fut pas ma surprise lorsque moins d'une semaine plus tard, j'ouvris la ruche .. pour voir..

cadre avec un jambage fait à l'aide d'une baguette de noisetier
1er cadre à jambage avec baguette de noisetier

Les abeilles avaient tiré 2 cadres à près de 70%, un autre à 60% ainsi que deux autres encore entre 25 et 30% !
De surcroît, de nombreuses alvéoles étaient déjà pondues et operculées.. Décalant la partition, j'ajoutais 2 nouveaux cadres.
En un mois seulement, l'essaim avait construit une quantité impressionnante de cire et fonctionnait quasiment comme une ruche normale. Cette même année, il me donna trois hausses de miel alors qu'il était parti de zéro en cours de saison ! Banal ? Pas tant que cela car cette anecdote est toute la base de ma technique (en disant "ma technique", devrais-je dire la technique de construction des abeilles).



Attention aux manipulations des cadres !

Un petit bémol cependant au tableau car il faut se représenter la taille d'un cadre Dadant. Dans la nature, les abeilles ne construisent pas leur cire avec des fils de fer de tension ou maintient. De plus, leurs cadres ne sont pas retirés pour de multiples manipulations et contrôles en tous genres. Par conséquent en reproduisant ce schéma dans un cadre Dadant, la construction est fragile et s'effondre si l'on incline le cadre. Ayant malheureusement constaté le fait, c'est à ce moment que m'est revenue l'histoire des baguettes de noisetier..
J'ai donc commencé immédiatement à couper quelques baguettes et comparé le travail des abeilles. Visiblement, les baguettes non seulement ne les gênaient pas, mais leur permettaient de tirer des "échafaudages d'abeilles" plus courts en hauteur mais plus larges.. Bingo !! je venais de réinventer l'apiculture ancestrale..

Comme tailler des branches de noisetier me prenait beaucoup de temps, j'ai remplacé celles-ci par de petites lattes de bois de pin taillées dans des planches de frisette ce qui n'a pas perturbé non plus les abeilles bâtisseuses.

Cire gaufrée ou bande amorce ?

Nous ne reverrons pas ici la définition d'une cire gaufrée; cependant pour les tous débutants, sachez qu'en apiculture moderne, il est de coutume d'utiliser un cadre avec une feuille de cire qui est déjà amorcée par des empreintes d'alvéoles destinées à aider les abeilles à démarrer la construction. Avec une cire gaufrée, l'abeille commence à "pointer la cire" mais elle ne peut entreprendre la construction qu'avec l'aide d'une quantité importante d'abeilles cirières car son "échafaudage" est tronqué, ne lui permettant de construire qu'une seule face à la fois, ce qui ne correspond pas à leur méthode naturelle de construction. D'autre part, le gaufrage impose aux abeilles de respecter des mesures strictes imposées par l'industriel qui a pré-modelé les alvéoles. Un cadre de cire gaufrée Dadant ou Voirnot contient environ 5000 cellules (près de 2500 sur chaque face) mais ce sont uniquement des cellules de femelles; il n'y a aucune cellule à mâles. La différence entre les deux cellules se mesure à la taille de celles-ci, la cellule de femelle (abeille) étant plus petite. Par conséquent, on impose également à la reine de ne pondre que des abeilles ! (bien sûr, avec l'optique de produire du miel, ce sont les abeilles qui produisent et non les faux bourdons). Il n'empêche que dans la nature, les abeilles construisent beaucoup de cellules à mâles en construisant les rayons, chose que l'on ne recommande pas hélas en apiculture "moderne" car ce sont soit disant des bouches inutiles à nourrir. C'est là une erreur colossale de l'apiculture moderne pour au moins 2 domaines:

  • - La production de miel
  • - L'équilibre de la ruche

Enfin, est-il important de le souligner, la reine prend du retard dans les cadres à cire gaufrée car les abeilles vont d'abord construire une face puis, l'autre. Ce n'est que lorsque la seconde face sera construite que la reine commencera sa ponte, contrairement au cadre à jambage dans lequel les abeilles construisent recto-verso simultanément. Ainsi, la reine entame sa ponte dès lors qu'une centaine de cellules sont construites.
Je vous décris dans mon cours d'apiculture, le fruit de ma recherche ce dont vous pouvez prendre connaissance en vous inscrivant en ligne
Je vous présente donc maintenant une technique simple et rustique qui permet à la reine de pondre en quelques jours seulement. Pour ce faire, la fabrication des cadres est primordiale. Si vous ne pouvez pas fabriquer vos cadres vous-même, achetez-les en bas de page en attendant de les trouver chez votre revendeur habituel.
Voyons donc cette technique avec ses avantages et ses inconvénients:

La confection des tasseaux de bois

La fabrication de cadres requiert de faire un peu de bricolage. Si vous êtes bricoleur et disposez d'un minimum de matériel, vous pouvez découper vous-mêmes vos baguettes de bois, mais je pense honnêtement qu'il vaut mieux investir son temps en achetant les cadres tout prêts ou bien en kit (Ce que je vous propose ici dans ma boutique) car la menuiserie bricolage reste toujours quelque chose de dangereux, de long et coûteux.

découpe des éléments du cadre
Découpe des élements du cadre à jambage

En effet, même si vous avez le bois, le temps que vous demandera la découpe, le rabotage et le passage en toupie, vous ne réaliserez pas d'économie bien à l'inverse. Je pense qu'il vaut mieux investir votre temps dans les soins et votre travail de vos colonies. Il en est de même pour la récupération de vieux cadres.. Il ne faut pas oublier que ceux-ci peuvent en plus, être transmetteurs de maladies ! Donc quand on sait le prix d'un cadre neuf en kit.. A vous de juger en toute connaissance de cause.


Passons au montage (ici, un cadre à jambage Dadant)

Tout d'abord, il nous faut un cadre nu, une baguette de bois de 47 cm. Je construis mon cadre en clouant à l'agrafeuse électrique, (ou pneumatique) un "jambage" constitué d'une baguette de bois d'une section de 15mm de large x 10mm de hauteur. Le principe du jambage bois est de renforcer la structure du cadre d'une part mais surtout de diviser pratiquement par 2 le poids et les contraintes physiques que devrait subir la cire tout en haut, à sa racine une fois tirée en totalité.

Lancer la video
Fabrication d'un cadre à jambage (Vidéo)

Deuxièmement, ce jambage permet de gagner un temps considérable lorsque la colonie n'est pas encore populeuse car des petits groupes d'abeilles cirières se forment et commencent à bâtir quelques cellules.
A l'inverse, dans une colonie populeuse, cela me permet d'introduire très rapidement un deuxième cadre à construire sans devoir attendre que le premier soit totalement terminé.
La dimension du jambage doit impérativement être plus petite que la diagonale intérieure du cadre. Le jambage relie le coin inférieur du cadre jusqu'à 3 à 4 centimètres en dessous de l'angle opposé. Il n'est pas bon que le jambage soit une diagonale totale. Regardez à cet effet les différentes photos de cette page. Sa largeur ne doit surtout pas être égale à la largeur des barrettes latérales du cadre mais tout au plus une moitié soit environ 12.5mm car en effet, cette baguette ou "jambage" sera noyée plus tard intégralement dans la cire.


Le jambage n'est pas une diagonale parfaite

En effet, tout comme pour les clôtures, le jambage n'est pas une diagonale parfaite partant du bas du cadre jusque sous la tête de cadre pourquoi ?
C'est juste pour éviter que l'angle formé sous la tête de cadre ne soit pas construit. Si vous réalisez un jambage en diagonale totale, vous vous appercevrez que les abeilles délaisserent la constructuion dans cet angle (ce que j'ai déjà vérifié). C'est pour cette raison qu'il convient de baisser le jambage de 4cm à 4.5cm en dessous de la tête de cadre.


La burette à cire chaude:

Une fois la menuiserie montée, il reste à poser une bande amorce.
Cette bande amorce est découpée dans une feuille de cire gaufrée. Il n'est cependant pas obligatoire que ce soit de la cire gaufrée. Cette cire peut provenir de votre fabrication artisanale (récupération et fonte de cire de cadres de hausse ou d'opercules).

Lancer la video
Vidéo sur l'utilisation de la burette à cire d'abeille chaude

Elle occupe toute la longueur de la tête de cadre sur 1,5 centimètres de hauteur. Elle s'introduit dans la gorge sous la tête de cadre et se fixe à l'aide de cire chaude (cire en provenance de cire d'opercules). Je vous recommande de vous équiper d'une burette à cire chaude en laiton (spécialement prévue à cet effet). C'est en effet moins risqué que l'utilisation d'une casserole avec laquelle il y a un risque d'incendie élevé, tout comme si vous utilisez une boite à conserve bricolée. Vous pourrez faire fondre votre cire dans cette burette à double paroi et en utilisant le système de chauffage d'une machine à café grand public

La burette à cire chaude est une burette à double paroi avec sa poignée en bois poinçonnée. On introduit de l'eau chaude par la cheminée on met des copeaux de cire ou des déchets de cires d'opercules dans le corps de la burette. Si vous n'en avez pas parce que vous débutez, vous pourriez utiliser des fragments de feuilles de cires gaufrées. On place la burette sur une plaque chauffante électrique (surtout pas de flamme car puisque une bonne burette est faite en laiton pour diffuser une chaleur régulière sans détruire la qualité de la cire, les soudures sont faites à l'étain donc fragiles en cas de surchauffe). Vous devez utiliser la plaque chauffante d'une machine à café ou d'une cuisinière ou d'un réchaud électrique. Attention ! dans ce dernier cas à mettre en chauffe minimum. Ne jamais mettre la burette en chauffe sans eau dans la partie chaudière. N'oubliez pas que la vraie cire d'abeille fond à partir de 45° et est très inflammable, il est donc inutile et dangereux d'avoir recours à la flamme ! Apprenez à travailler avec de bons outils et dans les règles de l'art plutôt que celui du bricolage ! Personnellement, ma burette à cire chaude a 15 ans et elle me sert chaque année.
Vous la trouverez ici en vente dans ma petite boutique - Merci.



La bande de cire amorce:

Cliquez sur le bouton de l'imageci-dessus pour lancer la petite vidéo.
La cire de bande amorce doit être d'excellente qualité (bio de préférence c'est ce que j'utilise) car en fait les abeilles vont la mastiquer et la reformer (c'est la raison pour laquelle 1,5 cm de large suffit amplement). La photo ci-dessous illustre un cadre à jambage 24 heures après son introduction dans une ruche d'élevage sur 6 cadres, celui-ci étant le septième. Les abeilles ont déjà construit plus de 250 cellules recto et verso dans lesquelles elles disposent d'abord un peu de miel afin de stocker des réserves sur le chantier de construction.

Besoin du casse-croûte sur le chantier...

Pour construire, ne l'oublions pas, les abeilles cirières ont besoin de sucre, donc de miel, denrée qu'elles vont déposer sur place afin de n'avoir pas à courir sur les cadres lointains. Il est donc important de soutenir l'action de construction par l'apport d'un petit complément stimulant. Pour chaque cedre à jambage introduit dans ma ruche, je donne 1/2 litre de sirop de biberonnage (fait sur la base de 1 part d'eau + 1 part de sucre et 20% du tout en miel.
Cette stimulation directement versée dans le nourrisseur va les aider au démarrage de la bâtisse. D'autre part, cela évitera de provoquer un "décourragement" des abeilles et de les rendre "boudeuses" (Cf. Abée Delépine 1850)

Voyons maintenant comment les abeilles vont bâtir le cadre à jambage

J'espère que vous avez bien noté que le jambage n'est pas une diagonale parfaite. Lorsque vous placez un cadre à jambage dans la ruche, veillez à positionner le petit coté haut de la diagonale (à droite de la photo ci-dessous) vers l'avant de la ruche, cela augmente légèrement la vitesse de construction des cadres car les abeilles "rentrantes" peuvent plus facilement escalader.

Dans un cadre à jambage, on n'utilise pas de feuille de cire gaufrée mais seulement une bande amorce sur laquelle les abeilles vont se pendre et se mettre en grappe pour dresser leur cire
Départ de construction sur la bande-amorce de cire
On voit parfaitement que la bande amorce est échancrée, ce qui montre que les abeilles ne construisent pas dessus mais la "refondent" pour construire les alvéoles à leurs propres dimensions, ce qu'elles ne peuvent pas faire quand on leur impose une feuille de cire gaufrée. Notez la qualité de la cire: une cire bien "blanche" dans laquelle la reine ne va pas tarder à pondre ses premiers œufs, même si la construction du cadre est loin d'être terminée. Dès lors qu'il y a environ 10% de cellules construites, la reine s'en sert immédiatement pour pondre. Vous constaterez du reste que souvent, le couvain est operculé avant même que la moitié du cadre soit construit, ce qui en dit long sur l'état de santé de la reine !



Élaboration de la cire:

Il n'est pas rare d'observer de la ponte à partir du 3ème jour seulement depuis l'introduction du cadre neuf, alors que le cadre ne présente qu'une quantité de deux cent à trois cent cellules construites. Il faut compter sur une fourchette de 6 à 15 jours (selon la saison et l'importance de la colonie) pour que le cadre soit entièrement bâti, pondu, voire avec un couvain operculé en grande partie.
Ce qui est absolument génial à constater, c'est que les abeilles montent deux échafaudages: l'un sous la têtière du cadre, l'autre sous le jambage. Le travail de deux équipes d'abeilles permet ainsi d'aller deux fois plus vite.

Finition du cadre:

Ci-contre, un cadre de 6 jours.

Le cadre n'est pas encore terminé que vous constaterez la présence de couvain operculé
Le cadre n'est pas encore terminé que vous constaterez
la présence de couvain operculé

Comparativement et hors technique de forçage, il faut une bonne quinzaine de jours à une colonie pour tirer une seule face d'un cadre de cire gaufrée en pleine saison et commencer à voir quelques œufs.  Certains rétorqueront qu'il faut moins de temps que cela en plaçant le cadre gaufré en plein milieu du couvain ce qui est fort probable mais ceci freine la colonie car la feuille de cire gaufrée risque fort de bloquer la ponte de la reine et la contraint à rester sur quelques cadres seulement, n'ayant plus d'intérêt à aller plus loin que ce cadre non bâti qui devient comme un cadre partition et de confinement. Ainsi donc, les abeilles auront peut-être construit une partie de ce cadre gaufré en moins de 15 jours mais le ralentissement de la ponte risque d'être bien plus lourd de conséquence (au printemps ou pendant la miellée, cela peut provoquer un essaimage).

Je me suis livré à une petite expérience que vous pourrez tenter si cela vous dit. A la suite du dernier cadre de couvain d'une colonie, j'ai introduit un cadre avec une cire gaufrée, ets à la suite de l'autre coté du couvain, un cadre à jambage. 10 jours plus tard, en revisitant cette colonie, quelle n'a pas été ma surprise ! Le cadre à jambage était terminé et tout pondu et operculé en grande partie alors que les abeilles n'avaient même pas touché le cadre à cire gaufrée. J'ai essayé sur plusieurs années toutes les combinaisons possibles et imaginables pour placer un cadre à jambage en tous les lieux de la ruche. Celui-ci gagne toujours la préférence des abeilles comparativement à un cadre gaufré.

Le cadre à jambage est maintenant terminé. le couvain est présent et operculé, les alvéoles de supérieures sont remplies de miel et pollen
Cadre de 15 jours recto et verso !

Maintenant, voici un cadre de 15 jours. La baguette de jambage sépare encore le cadre mais d'ici la fin de saison ou dans le courant de la saison prochaine, le jambage sera totalement enfoui dans la cire. Ainsi, le renfort du rayon de cire sera total. En attendant, cela n'incomode pas la reine pour sa ponte. Si au départ la baguette de jambage semble créer un séparateur, cela n'incomode absolument pas les abeilles qui gagnent un temps considérable pour passer d'un côté à l'autre sans avoir à faire le tour du cadre. Plus tard, quand elles auront besoin de pousser les murs elles boucheront tous les trous, enfouiront le jambage dans leur cire et la reine aura une surface continue pour sa ponte, sans plus de séparation. Toutefois, avant que ce ne soit le cas, tant que le jambage est apparent, soyez prudent lors de la manipulation de vos cadres surtout quand le fond n'est pas soudé aux baguettes horizontales. En mettant votre cadre à l'horizontale, vous verriez s'effondrer la cire et le cadre serait à reconstruire. Si cela vous arrive une fois, je pense que cela vous servira de leçon mais c'est à éviter.



Jamais de cadre à construire au milieu du couvain !

Un cadre neuf, qu'il s'agisse d'un cadre à cire gaufrée ou un cadre à jambage, ne se place jamais au milieu du couvain mais toujours en bordure de celui-ci ! Bien que je ne place jamais un cadre en plein milieu du couvain, je l'ai quand même fait à titre d'étude comparative avec le cadre à cire gaufrée et j'invite les plus perplexes à tester à leur tour. En plaçant un cadre neuf à cire gaufrée au mileu du couvain, c'est comme si vous placiez une partition ! vous séparez le couvain en deux ce qui dans la majorité des cas provoquera un essaimage. Le cadre à jambage n'est pas une "cloison" donc limite ce risque mais ne l'empèche pas non plus. Donc souvenez vous de cette règle: 1 cadre neuf à bâtir se place toujours après le dernier cadre de couvain et juste avant le cadre de réserves.
Construisez vous-même vos cadres à jambage et dressez vous-même le constat.
Au contraire du "blocage de progression" opéré par un cadre gaufré, le cadre avec jambage permet à la reine de passer en travers des grappes bâtisseuses et d'atteindre rapidement le cadre suivant. A l'inverse, avec une cire gaufrée, elle ne va pas plus loin car elle est comme bloquée par une cloison, même s'il y a des abeilles derrière, ce qui peut provoquer dans la majorité des cas un blocage de la ponte et mettre la colonie en situation d'essaimage.
Mon étude  a été conduite sur 40 ruches, dont 20 ruches pour l'introduction de ma technique de cadres, et l'autre vingtaine avec les cires gaufrées. Croyez moi: il n'y a pas photo ! Les plus sceptiques s'en rendront compte en faisant le test.

Tous les stagiaires ainsi que celles et ceux qui ont essayé cette technique simple ont pu constater la différence de vitesse de fabrication des cadres. Mon étude est disponible dans mon cours d'apiculture par internet

Le cadre à jambage, un avantage non négligeable:

Le cadre Bande amorce à jambage est accepté beaucoup plus facilement en fin de saison comparativement au cadre de cire gaufrée.

Le cadre à Jambage est une invention de Bernard NICOLLET et mis gracieusement à la disposition du public apiculteurs
Un échaffaudage super solide !

Cependant, une erreur de débutant consiste à introduire des cadres trop tardivement en fin de saison ce qui comporte l'énorme risque d'essuyer un refus de construction alors qu'avec la constitution d'un cadre à jambage, cela pose moins de problèmes  et les dernières cirières peuvent entrer en action une toute dernière fois. (attention toutefois à prévoir une marge suffisante et procéder à l'introduction avant le nourrissement des abeilles. Après cela il est trop tard de toute manière même si la ruche est encore très populeuse) car même si le cadre est construit en partie, il laissera des trous béants qui constitueront des sources de froid pendant l'hiver.
Voyons maintenant la technique d'introduction et la manipulation des cadres: (uniquement accessible par le cours ou dans mon livre "Comment débuter en Apiculture ?")
Une erreur majeure commise par ceux qui n'ont pas pris la peine d'étudier mes explications, consiste à placer plusieurs cadres à jambage à la fois. Ceci est une erreur majeure ! Un cadre à jambage doit être placé entre le dernier cadre à couvain et un cadre de nourriture. Au besoin, et dès lors qu'il y a plus de 3 cadres de couvain, on peut placer un cadre à jambage de part et d'autre du couvain, mais jamais deux cote à cote.
D'autre part, Certains apiculteurs ne jurent que par la population d'abeilles dans la ruche. C'est bien de voir de belles populasses mais à quoi servent-elles réellement puisque toutes les abeilles ne seront pas butineuses ni ouvrières quand il n'y aura pas assez de travail pour toutes ? C'est là que le facteur essaimage peut être augmenté. En leur donnant des cadres à jambage à construire, on occupe la population où tout le monde trouve un emploi. A quoi sert-il d'avoir 3 épaisseurs d'abeilles sur chaque face de cadre ? Il faut bien que des butineuses bossent pour nourrir toutes ces bouches inutiles. Par conséquent, en terme de rentabilité de miel produit, c'est ni plus ni moins, mais au moins, vos cadres seront renouvelés plus souvent et vous aurez plaisir à travailler avec des cadres neufs.
Enfin, s'il est vrai que les abeilles font d'avantage de cellules à mâles, ce n'est certainement pas pour rien. Une fois que la reine aura pondu suffisamment de mâles, elle n'en pondra pas plus, et les cellules serviront alors de réserve à miel ce qui est nettement mieux que voir les abeilles butineuses remplir les cellules du centre du couvain. A partir du moment où les colonies ont été traités correctement, et efficacement, je n'ai pas constaté plus de varroas au contraire ! Le couvain de mâles dégage une bonne chaleur, ce qui favorise la thermorégulation d'une part mais ne favorise pas plus la prolifération du prédateur. Il est faux d'affirmer qu'avoir plus de mâles favorise l'essaimage. Au contraire: cela renforce l'esprit "familial" de la colonie. Du reste, quand une ruche devient bourdonneuse, les mâles ne partent pas et n'abandonnent pas la colonie restante. En revanche, une ruche surpeuplée, voilà qui rend les abeilles oisives et engendre l'essaimage; ne vous trompez pas de cause.
Croyez-moi, la technique est bonne et vous pouvez la tester vous-même. Comme un essai sera plus parlant, je vous encourage à tester et comparer, mais attention ! respectez bien mes recommandations




Un jambage pour les cadres de hausses ?

Quoi de plus naturel que consommer le miel dans sa cire d'origine ? On parle alors de "Miel en Rayon" ou de "Miel au couteau" (dans le temps, le miel se vendait en portions de cadres découpés au couteau d'où cette expression populaire. Dans certaines régions de France on nomme ce type de miel, "Miel en brèches" ou bien encore miel dans les alvéoles).
Dans mes cadres de hausse, je ne mets ni filage ni jambage afin de n'obtenir que du "Pur" et produire des miels rares et de haute qualité. Malheureusement, cela interdit une extraction en extracteur électrique car ce type de matériel apicole tourne trop vite et provoque une certaine oxydation du miel précocement. Pour obtenir un produit qui n'ait rien à voir avec le miel généralement proposé en grandes surfaces, c'est un produit à consommer donc au naturel et destiné uniquement à un public de connaisseurs ! Voir ici
Si vous souhaitez produire du miel extrait par extracteur, il faut impérativement "filer" vos cadres de hausses c'est à dire, placer 2 à 3 fils horizontaux en inox avant la construction par les abeilles afin d'offrir une résistance suffisante à l'extraction sans que cela se transforme en catastrophe au fond de votre extracteur.
Si vous souhaitez produire du miel en rayon, là c'est différent car vos abeilles devront construire les cadres chaque année. Ainsi, cette cire neuve de l'année peut être consommée en même temps que le miel ! Elle sera construite plus facilement par les abeilles qui ne seront pas gênées par les fils.
En effet, pour la vente du miel en rayon (ou votre consommation personnelle), il est plus propre et convenable d'utiliser des cadres de l'année et surtout des cadres qui auront été préservés de toute souillure liée à la ponte notamment, en ayant recours à l'usage d'une grille à reine. Les apiculteurs qui ne font pas appel à cette grille à reine, exposent leurs cadres de hausse à une ponte certaine en cas de forte miellée car les abeilles butineuses remplissent d'abord les cellules vides du corps avant de "monter" dans les hausses. A cette occasion, la reine, n'ayant plus de place pour pondre, se voit contrainte d'étendre son couvain dans les cadres de hausse d'où la présence de propolis, pollens et pain d'abeille qui changent profondément le goût du miel..

Il est à noter que, lorsque les cadres de hausse contiennent du couvain, cela interdit une récolte précoce ou de miels spécifiques car cela contraint alors l'apiculteur d'attendre que tout le couvain soit né avant de récolter.. à moins que vous n'aimiez les miels protéinés aux larves d'abeilles ?
Certains apiculteurs (soit dit en passant .. pros), ne mettent pas de grille à reine car il prétendent que cela ralentit le travail des abeilles. C'est vrai, mais seulement pendant les jours qui suivent la pose de la grille. Dans mon cours d'apiculture, je dévoile une technique qui contourne ce problème en apiculture pro avec la grille à reine "NICOLLET"
De toutes manières, où est la perte réelle de miel pour l'apiculteur quand ses cadres de hausses sont remplis de couvain ? Les abeilles le stockeront alors dans les cadres de corps ! Au finish, on a plus à perdre sans l'usage des grilles à reines



Cette technique du cadre à jambage n'a cependant pas que des avantages mais présente aussi quelques inconvénients mineurs: (accessible en mode Cours d'apiculture)

Ma Conclusion:

Chacun peut camper sur sa position en choisissant "son apiculture". C'est du reste ce qui en fait le charme, car cette multitude de façons de faire, qui plus est, avec des essences aussi diverses, laisse à chacun s'exprimer sa liberté d'action. Pour ma part, je constate que les reines pondent plus vite dans une cire qui est 100% de la fabrication de leurs filles, des colonies plus saines avec moins de varroas, et enfin, la possibilité de faire une rotation beaucoup plus importante lors du renouvellement des cadres ce qui n'est pas rien dans la propagation des maladies de l'abeille, je m'en explique dans le cours et dans mes stages de formation
Enfin, cette méthode privilégie le travail des abeilles. Pour quelle raison si ce n'est qu'une raison financière axée sur la rentabilité devrait-on supprimer le travail des cirières ? on a beaucoup à gagner en les laissant travailler plutôt qu'en leur imposant une feuille de cire gaufrée qui n'est pas à l'origine de leur mode de vie.
Une colonie d'abeilles étant passée par toutes les étapes de sa vie, tourne plus rond qu'une colonie à qui l'on a offert des raccourcis pour favoriser une production de miel.
Ma conclusion personnelle: plus on fait travailler les abeilles dans la globalité, plus elles produisent et plus elles en demandent.. Essayez de trop faciliter leur travail et vous les rendrez paresseuses, oisives et non productives et plus facilement sujettes à la maladie. Je prends plaisir à visiter une ruche qui bosse ! Les ouvrières, les cirières les nurses ne sont pas des butineuses.. Elle le seront à leur tour, quand leur jour viendra alors entre temps, il leur faut du travail, c'est la meilleure façon de les conduire et de les aider !

Envie de faire vous même ? Achetez mes cadres à jambage Dadant en kit !
je les ai nommés: Cadres à jambage. (en vente ici)
Ces cadres ne contiennent pas de feuille de cire gaufrée mais seulement une bande d'amorçage destinée à guider la construction des abeilles dans la ruche. Le jambage lui, joue un rôle de renfort de la structure. Quand le cadre sera totalement construit, il sera enfouis par les abeilles dans la cire.
Je n'ai pas déposé de brevet pour que cette technique soit largement répandue et dans l'intérêt des abeilles d'abord et de celui de l'apiculture en général
Lancer la video
Lors de l'exposé sur le cadre à jambage. Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo
Pour écouter mon explication,  cliquez sur la photo ci-contre
Mon cours par internet ? c'est votre intérêt !  Cliquez ici
Note:
Pour les cadres Warré, comme j'ai totalement arrêté de produire avec ce type de ruches, je n'ai plus de solution à vous proposer.
L'agrafeuse électrique que j'utilise est une agrafeuse achetée chez Castorama type Rapid R606.
Si vous souhaitez faire un travail de qualité, vous aurez besoin en revanche de la Burette à cire: voir en bas de page

Différence entre les cadres Hoffmann et les cadres droits

On en perdrait son latin quand on débute en apiculture et je reconnais qu'il y a de quoi.
Quand on parle d'une ruche Dadant, il s'agit d'un format standard de ruche. Cette ruche est le plus grand standard au monde du reste. Mais si vous souhaitez acheter des cadres, votre fournisseur pourrait bien vous poser la question suivante:
" Cadres droits ou Hoffmann" ?
Le cadre Hoffmann est un cadre très large. Quand on dispose 10 cadres Hoffmann dans une ruche, les parois latérales des cadres sont "bord à bord". Du reste, dans une ruche Dadant "Hoffmann", il n'y a pas de séparateur ou de "crémaillère" pour séparer les cadres. Les ruches acceptant des cadres Hoffmann sont dotées de glissières et non de crémaillère.
Y-a-t-il un avantage à avoir des cadres Hoffmann ?
Je répondrai qu'il s'agit en principe d'une habitude de travail. Les partisans des cadres Hoffmann vous dirons qu'ils vont plus vite car les abeilles étant protégées du froid par le bois des cadres qui se touchent, ne propolisent pas les cadres ou bien moins ce qui les rend plus maniables.
Les cadres Hoffmann ne peuvent pas rentrer dans les ruches Dadant à crémaillères En revanche vous pourrez utiliser des cadres droits dans une ruche Hoffmann, mais comme les cadres ne seront pas guidés par une crémaillère, vous aurez du mal à les espacer régulièrement.
D'autre part, les transhumants préfèrent généralement les cadres Hoffmann car il ont moins tendance à bouger pendant le transport.
Que dire d'autre ?
Pour ceux qui bricolent, les cadres Hoffmann sont plus difficiles à réaliser. Du reste ils sont bien plus chers à l'achat que les cadres droits. Personnellement, je n'utilise que des cadres droit Dadant et ce sont ces cadres que je vous propose ici 

Les cadres à jambage en Kit à monter

Cadres à jambage en kit
Kits de cadres à jambage à monter

Le kit comprend:

  • 1 tête de cadre avec épaulements,
  • 2 tasseaux latéraux,
  • 1 tasseau d'embase,
  • 1 tasseau de jambage (uniquement pour les cadres de corps),
  • 1 bande amorce de cire gaufrée bio.
Pour acheter mes cadres à jambage en kit, cliquez ici


A Propos du cadre à Jambage:

J'ai lu dans certains forums d'internet, des questions et des affirmations qui montrent que mes instructions sur le cadre à jambage n'ont pas été lues ou comprises. Voici donc quelques conseils supplémentaires dans lesquels je développe mon point de vue et mes connaissances après plusieurs années d'utilisation
Tout d'abord, bien que je sois le créateur de cette technique que j'ai nommée "cadres à jambage", je dois rendre à César ce qui lui revient.
Si j'ai grandement amélioré la technique de la construction des cadres dans la ruche, je le dois en fait à deux "inventions" qui ont précédé la mienne à savoir:
- L'institution du cadre bois
- Les baguettes de noisetiers utilisées ancestralement par les paysans apiculteurs.
Quand on pratique l'élevage des abeilles, les cadres manquent vite quand on veut produire des essaims. C'est de là qu'est partie ma recherche: et son résultat ? Je l'ai publié sans dépose de brevet afin d'en faire profiter à toute la communauté apicole.

A quoi sert le jambage ?

Je dispose un "jambage" pour 3 raisons:
- 1ère raison: Cette baguette de bois fixée en diagonale à l'intérieur du cadre par un simple agrafage (comme le montre une photo ci-dessus), permet d'abord de renforcer la structure du cadre. Vous avez peut-être déjà vu dans la nature que l'usage du jambage est faite notamment en matière de clôtures. Les jambages permettent en effet de renforcer les piquets surtout à cause de la tension des fils de fer barbelés, ou des grillages selon l'usage de la clôture. Si je ne fixe pas cette baguette dans une diagonale pure au sens du terme, c'est à dire d'un angle à l'autre, c'est pour une raison bien précise:
En la fixant d'angle à angle, les abeilles ne construiront pas le cadre en totalité mais laisseront cette partie angulaire comme un "trou de passage".
D'autre part, puisque j'ai recours à ce que je nomme une "bande amorce" que je colle sous la tête de cadre à l'aide de cire chaude (cire d'abeille), cela m'interdirait de la disposer sur la totalité de sa longueur, donc, ralentirait le travail des abeilles.
- La seconde raison est que lorsqu'on omet (volontairement) de placer un jambage, les abeilles construisent sans problème la totalité du cadre, mais celui-ci devient alors très fragile lors des manipulations d'une part et, d'autre part, s'effondre assez facilement lors d'un éventuel transport de ruche. Enfin, il faut penser également au poids du miel ! En cas de grosse miellée, la cire peut très facilement céder sous le poids ! (Cela m'est arrivé plus d'une fois au cours de mes recherches.
- La troisième raison, coule de source:
Puisque les abeilles construisent beaucoup plus vite quand elles ne sont pas gênées par la présence d'une feuille de cire gaufrée, elle vont encore en moyenne 2 fois plus vite avec le jambage car ce n'est pas 1 échafaudage qu'elles construisent mais 2 ! L'un directement sous la tête de cadre, le second sous le jambage. Ainsi, 2 équipes d'ouvrières bossent la construction au lieu d'une !
Enfin, il m'est permis ici de souligner que lors de la construction d'un cadre avec feuille de cire gaufrée, les abeilles construisent d'abord une face du cadre puis l'autre, alors que d'une manière 100% naturelle, elles bâtissent les 2 faces à la fois quand elles ont à faire avec un cadre à jambage !
Sans aucune exagération, un cadre à jambage est tiré au minimum 6 à 8 fois plus vite qu'un cadre avec feuille de cire gaufrée.

Ne pourrait-on pas remplacer le jambage par le filage ?

Oui bien sûr mais vous perdrez tout l'intérêt du jambage qui est de permettre aux abeilles de bâtir plus vite.
D'une part, cela ralentirait la construction car vos fils vont devoir être "enfouis" dans leur cire, que ce soit des fils horizontaux comme verticaux. Notons au passage qu'elles ne pourront pas établir 2 échaffaudages mais un seul donc double perte de temps.
D'autre part, si la tension des fils n'est pas correcte ou si l'aplomb de la ruche laisse à désirer, les abeilles contourneront les fils et vous obtiendrez des cires en arc de cercle.

Si vous respectez la section de mes jambages, il n'y pas pas une séparation de couvain gênante. La seconde saison, vous constaterez qu'elles enfouissent complètement le jambage. il m'arrive même parfois de douter que tel cadre ait un jambage car le couvain le recouvre !
Ceci dit, rien ne vous empèche de faire votre expérience mais dans ce cas, je vous conseille d'établir la comparaison avec un cadre à jambage !

Le Cadre à Jambage: Quels gains ?

Je peux dire qu'ils sont de 3 ordres:
D'une part, quand on monte en puissance en production d'essaims, c'est un gain financier non négligeable ! Avec une seule feuille de cire gaufrée, vous réalisez entre 11 et 13 cadres contre.. 1 seul si vous disposez votre feuille sur 1 cadre filé ! Plus de prise de tête à enfouir les fils dans la cire !
D'autre part, puisque les abeilles construisent leurs cadres plus rapidement, cela nous permet de renouveler facilement 3 cadres par an sans les ralentir dans leur production de miel. Il convient surtout de réfléchir en termes de qualité de la cire. Étant produite directement par les abeilles, on ne retrouvera pas de traces de pesticides fréquemment retrouvées chez certains fournisseurs de cires gaufrées. Certaines molécules chimiques en effet ne disparaissent pas malgré les traitements de la cire pour la purifier. Enfin, j'ai personnellement constaté que les ruches dotées de cadres récents sont moins vulnérables à l'infestation du varroa.
Enfin, La reine ne pondra des oeufs mâles qu'une fois au cours de la saison dans les cellules de ces cadres. Mais l'énorme avantage encore une fois sera qu'au moment de la miellée, les abeilles disposeront de place pour stocker nectar et pollen au lieu d'encombrer le nid à couvain. La seule vigilance de l'apiculteur consiste dans ce cas à déplacer ces cadres fortement chargés en cellules à mâles libres, en périphérie du couvain !

Quels sont ses inconvénients ?

En réalité, je n'en trouve qu'un seul ! Sa fragilité lors des manipulations des cadres tant que celui-ci n'est pas fini de construction.
Il faut éviter de placer un cadre à jambage en plein milieu du couvain afin de ne pas participer à son refroidissement même temporaire.
Contrairement à l'introduction d'un cadre à cire gaufrée en plein milieu du couvain qui provoque souvent un essaimage, on peut placer un cadre à jambage à cet endroit mais il y a de fortes chances qu'elles construisent d'avantage de cellules à mâles.
Mais est-ce réellement un inconvénient pour l'apiculteur ?
Je constate que de faux argument tentent de faire valoir autorité en termes de mâles. Il est souvent dit à tord qu'une ruche forte en mâles est plus sujette à l'infestation des varroas. Or, si ce n'est pas faux pour l'utilisateur de cadres à cires gaufrées, il n'en est pas de même avec le cadre à jambage malgré une population plus forte en mâles. Quand les abeilles construisent librement les cellules à mâles, elles les placent généralement à des endroits stratégiques dans la ruche. Dans le cas des cadres à jambage, c'est souvent l'inverse qui se produit comparativement aux cadres avec feuilles de cire gaufrées. En effet, étant donné qu'on impose la construction de cellule à femelles en introduisant des cires gaufrée, les abeilles construisent les cellules à mâles contraintes et forcées, généralement dans le bas des cadres (zone la plus froide de la ruche), ce qui n'est pas le cas avec les cadres à jambage.
Certains pensent que les mâles ne font que gloutonner le miel ! Ce n'est pas juste de ne voir qu'uniquement en sens unique. Les mâles participent au "chauffage" du couvain. Ils ont différents rôles au sein de la colonie autre que la sacro-sainte fécondation d'une éventuelle reine pour perpétuer l'espèce.

Les mâles pour un meilleur équilibre des colonies.

Quand une colonie possède une forte population de mâles, ce n'en fait pas une ruche bourdonneuse pour autant bien au contraire. Même si les faux-bourdons ne participent pas à la trophallaxie pour évacuer l'humidité des nectars, ils jouent un rôle extrêmement important de "gendarmes" mais aussi d'instructeurs pour les abeilles. Étant en effet capables de voler plus loin et plus longtemps que les abeilles, ils peuvent les renseigner sur les zones de butinage
Quand une reine a le choix de pondre mâles ou femelles, elle peut pondre jusqu'à 1/3 de mâles pour 2/3 d'abeilles. Puisque l'œuf mâle est un œuf haploïde (non fécondé), la reine économise ainsi jusqu'à 30% de sa spermathèque et tombe moins vite en panne (elle vit donc plus longtemps). 
Et puis, il existe un avantage qui à mes yeux est le plus estimable. Quand les colonies possèdent un nombre choisi de mâles, vous n'avez pas idée de ce que cela apporte en terme d'équilibre pour la colonie. Elle tourne beaucoup plus rond et a moins tendance à l'essaimage.
Enfin, quand la reine estime avoir suffisamment de mâles dans sa colonie, elle n'utilise plus les cellules à mâles pour pondre ce qui fait d'elles d'excellentes réserves tampon pour les rentrées de nectar importante.
En maîtrisant bien ses colonies, l'apiculteur se rendra compte par lui-même qu'il peut alors décaler les cadres à mâles en périphérie du couvain.
J'ai écrit un chapitre spécial à propos des mâles: "Le faux bourdon, cet inconnu" dont vous pouvez prendre connaissance ici

Un dernier conseil pour la route ?

La bonne position d'un cadre à jambage neuf dans la ruche au moment de son introduction, consiste à le placer à la suite du dernier cadre de couvain et veiller à ce qu'il y ait un cadre de nourriture derrière lui de façon à ce que les abeilles disposent d'abondantes réserves de miel sur place et qu'elles ne soient pas obligées de traverser la ruche pour aller s'approvisionner. N'oubliez pas que pour produire de la cire, les abeilles ont besoin de miel et d'eau.

Alors, bien sûr, vous pouvez réinventer la poudre si le cœur vous en dit, mais vous verrez au final que je n'ai pas recherché en vain. Je n'ai fait que tirer profit de ce que les abeilles font d'une manière naturelle tout en pensant au coté pratique oh combien nécessaire et impératif pour l'apiculteur.
Enfin, le meilleur conseil que je puisse donner est de vous inciter à faire faire un test par vous-même et établir une comparaison dans le courant de la saison. Procédez ainsi:
Situez les cadres de votre ruche (de vos ruches) contenant le couvain et placez de part et d'autre un cadre à jambage et à l'opposé, un cadre avec feuille de cire gaufrée. Tout comme moi la première fois, vous aurez la surprise de constater que votre cadre à jambage sera tiré et pondu au 2/3 en moins de 10 jours alors qu'elles n'auront pas entamé le cadre gaufré ! SVP, faites cette expérience et écrivez-moi pour décrire le résultat. Croyez-moi, cette expérience personnelle prévaudra sur la plupart des commentaires des forums.

Si vous n'êtes pas menuisier dans l'âme, commandez mes cadres à jambage en kit, tout près au montage, cliquez ici Merci de votre essai.

Page 1