Elevage d'Abeilles: Comment Elever des Abeilles ?       - par Bernard NICOLLET, Abeille & &Nature


SOS Vol de mes ruches
Entre le 12 et le 14 mars, 61 de mes ruches mères ont été volées.
Je lance ce S.O.S pour solliciter toute information qui pourrait nous aider à les retrouver
+ d'infos: Cliquez ici - Un grand Merci !
SVP, écoutez cet Appel à témoins radio

Devenir Apiculteur, c'est d'abord comprendre comment fonctionne l'élevage d'abeilles

Pas d'élevage d'abeilles = Pas de miel !
Si les abeilles sont constamment renouvelées dans la colonie (une abeille vit en moyenne une quarantaine de jours), il n'en est pas de même pour la reine qui elle, vivra de 18 mois à 48 mois selon ses qualités, son espèce. Il devient donc indispensable de bien gérer votre rucher si vous ne souhaitez pas à un moment ou un autre perdre tout ou partie de votre cheptel !
C'est tout l'enjeu de mon dernier livre intitulé "Développer et maintenir des ruchers en Apiculture Naturelle" que vous pouvez commander ici. Ce livre n'est pas écrit pour le primo débutant mais toute personne possédant des ruches.

Pour être arrivé sur cette page, c'est très certainement parce que vous recherchiez des infos sur:

installation de vos ruches sur place. Nous intervenons sur tout le territoire national métropolitain.
Elever des abeilles ? Pourquoi pas !
  • - Comment élever des abeilles ?
  • - Comment Devenir Apiculteur ?
  • - Comment trouver un éleveur d'abeilles pour vous fournir en essaims ?
  • - Comment élever des abeilles et produire du miel ?
Vous êtes sur la bonne page ! Mais tout d'abord, permettez-moi si vous êtes débutant ou si vous envisagez de pratiquer l'apiculture, de vous recommander mon premier ouvrage intitulé "Comment débuter en apiculture ?" dans lequel vous trouverez tous les conseils nécessaires pour comprendre la technique d'élevage d'abeilles, y compris les conseils pour trouver un éleveur d'abeilles qui vous vendra vos premiers essaims et avec lequel vous pourrez démarrer en toute confiance. (Voir les avis et témoignages ici).
Il me semble important cependant de ne pas confondre, dans la terminologie ce qu'est un éleveur d'abeilles. En effet, bien que ce soit d'abord et avant tout un Apiculteur, tout apiculteur élève des abeilles au sein des ruches. Mais, dans ce cas, le terme éleveur n'est pas approprié. L'éleveur, c'est un apiculteur spécialisé dans la reproduction des colonies dites essaims d'abeilles. Il s'agit d'un créneau très spécifique. Aujourd'hui, pour vivre de l'élevage d'abeilles, il faut au minimum 400 colonies. Quand on fait de l'élevage, on ne peut que produire très peu de miel, c'est un choix propre à chaque apiculteur.
En revanche, un apiculteur axé sur la production de miel en produit plusieurs dizaines de tonnes avec la même quantité de ruches. Alors bien sûr, pour être apiculteur professionnel, il est indispensable de pratiquer son propre élevage, notamment de reines car il faudra régulièrement les remplacer.
Personnellement, je préfère le terme "Berger de Abeilles" plutôt qu'éleveur car encore une fois, l'élevage, c'est la production d'essaims.
Pour acheter ses premières abeilles, il faut s'y prendre relativement tôt car la demande est grande et en dehors d'une qualité médiocre, la quantité d'essaims de qualité est faible. C'est donc maintenant qu'il faut réserver vos essaims ou vos ruches avec essaims si vous voulez démarrer la saison prochaine. Ensuite, vous aurez à conduire vos essaims tout au long de l'année. Le miel ce sera seulement pour l'année suivante car la première année, il ne faut pas prévoir de récolte ! Tout doit être laissé aux abeilles pour leur développement.

L'apiculture, une profession menacée ?

Oui c'est certain mais il est temps de relever le défi. Chaque année, de nombreux particuliers se lancent dans l'aventure. Toutefois, il est important de comprendre qu'avant de pouvoir en vivre, il vous faudra impérativement acquérir une connaissance pratique car la théorie n'est pas suffisante. D'autre part, il ne faut pas se contenter de penser que seuls les apiculteurs professionnels sont concernés par l'élevage des abeilles. Si vous envisagez une activité d'apiculture de pur loisir, vous serez confronté(e) aux mêmes problèmes mais à une échelle moindre cela va de soit.

Devenir apiculteur ? Pourquoi pas vous ?
Devenir apiculteur ? Pourquoi pas vous ?

Certains réussissent tandis que d'autres essuient un échec. On ne s'improvise pas apiculteur mais on apprend à le devenir.
Un apiculteur est avant tout un éleveur d'abeilles. S'il débute, il est impératif de se former soit auprès d'un rucher école (il y en a dans chaque département) soit effectuer un ou plusieurs stages (selon le niveau) comme ceux que j'organise en saison et dans lesquels ont met directement la main à la pâte.
Ensuite, il faut savoir que rien ne remplace l'expérience. Or, l'expérience s'acquière avec le temps, au fil des saisons.
Ce qui est bien avec l'apiculture, c'est comme faire son jardin: on n'est pas obligé d'en faire systématiquement une activité professionnelle !
Enfin, pour celles et ceux qui auraient envie de se lancer dans cette voie, il y a de la place pour tout le monde car, sachez-le, on importe en France plus de miel que ce que l'on produit ! Et nos miels français sont bien souvent de meilleure qualité que les miels importés, souvent coupés, assemblés ou contenant des traces de pesticides ou d'antibiotiques (sans chauvinisme). La concurrence internationale défavorise grandement les producteurs de miels français, et c'est notamment pour cette raison qu'il ne suffira pas de crier sur les toits que votre miel est meilleur pour le vendre. Il faudra le prouver et créer votre niche locale pour vous en sortir !
Envisager une labellisation bio ? C'est miser sur le court terme car on importe des miels bio (certifiés par les mêmes organismes certificateurs que les notres) à des prix 10 fois inférieurs à ce que devrait être votre prix de vente. "Bio" pour moi ne veut plus dire grand chose tant la concurrence est déloyale. Misez plutôt sur l'Apiculture Naturelle, et non pas une apiculture moderne qui va droit dans le mur !

Pour débuter en Apiculture, choisissez l'Abeille Noire !

Optez pour l'Abeille Noire (apis mellifera mellifera), notre abeille ancestrale et endémique ! Si vous vous intéressez à l'abeille et que vous envisagez de posséder quelques ruches,

L'abeille noire, une abeille rustique
L'abeille noire, une abeille rustique bien adaptée

il est important de soutenir l'effort qui est fait maintenant pour éviter l'extinction totale et définitive de l'abeille noire (souvent nommée abeille locale chez les Papiculteurs). Si l'agriculture moderne contribue de façon irraisonnée à recourir aux pesticides, principale source de mortalité des abeilles, bon nombre d'apiculteurs contribuent, à leur manière (et parfois sans le savoir), à cette extinction. Comment ? Par leur soutien à l'importation et le développement d'espèces ou sous-espèces qui métissent et hybrident nos souches ancestrales. Je développe ce sujet sur ce site internet et en détail dans mes livres.
Considérez ceux qui vous diront que l'abeille noire n'existe plus comme des ignorants, je n'ai pas crainte des mots. De nombreuses associations et régions de France protègent maintenant des aires géographiques pour préserver notre patimoine endémique. Il existe de nombreux moyens pour permettre de régénérer L'abeille noire. Le département de la Corse en est un exemple flagrant, et à plus petite échelle, le conservatoire de l'ile D'Ouessant, de la région de Limoges, de la région parisienne, du sud de la France, en Belgique etc... Ceux qui tentent de justifier l'utilisation d'autres espèces procèdent toujours comme celui qui veut tuer son chien en l'accusant de la rage. Quel dommage !
Aussi, pour vous qui vous intéressez au monde merveilleux des abeilles, sachez-le ! Pour se donner bonne conscience, les "anti" abeilles noires font courir le bruit que c'est une abeille qui pique plus que les autres ce qui est totalement faux ! Les abeilles qui piquent sont justement les abeilles hybrides, celles qui sont issues de croisement avec des abeilles issues de l'importation ou de leur élevage. Alors sujet polémique ? Oui c'est certain et c'est la raison pour laquelle je m'en remets à votre réflexion avant que vous preniez la décision de pratiquer l'apiculture car tant qu'à faire, agissez dans le bon sens.

. Comment élever des abeilles ? Quelle technique d'élevage ?

Pour répondre correctement à votre question, il est impératif de savoir à quoi destinez-vous l'élevage d'abeilles ? Est-ce en vue d'augmenter le nombre de vos colonies dans votre rucher (seulement de quelques colonies) ou bien est-ce en vue d'élever rapidement des abeilles pour vivre de votre activité d'apiculture ? Avez-vous en sous-jacent l'idée de devenir apiculteur pour votre loisir ou bien en complément de revenus ?

Quelle est votre définition de l'élevage ?
Quelle est votre définition de l'élevage d'abeilles ?

Si je pose ces questions c'est parce qu'en réalité, élever quelques abeilles en vue d'avoir quelques colonies pour constituer un premier rucher n'a rien à voir avec la manière dont il faudrait s'y prendre pour envisager une exploitation apicole et en vivre ou bien en tirer quelques revenus complémentaires.
Bien que sur cette page, je ne traite que le coté apiculture de loisir (mais également en vue d'un complément de revenus), je vous encourage à venir faire un stage d'apiculture en week-end ici au Cergne car la pratique est de loin préférable à tout discours. Il est possible de développer de façon exponentielle et grandir très vite oui mais voilà.. Aurez-vous la trésorerie pour développer une exploitation sur 2 ou 3 ans en parvenant à élever 200, 300 ou 400 ruches ? Est-ce que "l'intendance va suivre ?"
Augmenter le nombre de colonies n'est pas semblable à planter un champ de patates. Il y a des étapes à respecter si l'on ne veut pas tout perdre à cause d'éléments non maîtrisés (c'est tout l'enjeu de mon livre "développer et maintenir...".
L'élevage d'abeilles requiert avant tout un peu de sagesse et surtout pas d'empressement car il ne faut pas bâtir votre édifice comme un château de cartes. Avec plus de quatorze années de pratique dont dix en professionnelle, j'ai choisi d'élever des abeilles pour vivre de ma production d'essaims créés à l'ancienne, par méthode de division et non pas de picking ou de greffage. Si j'ai choisi cette méthode, c'est avant tout pour la stabilité des colonies obtenues ainsi et le respect de la biologie de l'abeille (strict minimum de l'intervention humaine).

. L'élevage d'abeilles: ma conception

L'élevage d'abeilles c'est l'apiculture ! On peut faire de l'apiculture pour soi uniquement ou bien pour en faire une activité plus ou moins lucrative en vendant le miel, la cire et tous les autres produits de la ruche, y compris des essaims.

Elevage d'essaims d'abeilles : Présence de cellules royales sur les cadres
Christine présente ici un cadre en cours de construction
sur lequel on peut remarquer la présence de 5 cellules royales

Faire de l'élevage d'abeilles n'est pas compliqué quand on produit pour soi. En revanche, si vous destinez vos essaims à la vente, vous devez impérativement disposer d'un numéro de Siret et fournir au client pour son registre d'élevage les éléments obligatoires dont une facture et un certificat de bon état sanitaire.
Comme je l'explique sur la page précédente, le problème qui se pose lors du démarrage d'un essaim d'abeilles est celui de la construction des cadres. Il ne fait pas de doute que pour tirer construire) 7 à 8 cadres, l'essaim va devoir "cravacher".. Bien sûr, si vous avez la chance d'être une année de fortes miellées, votre essaim n'aura pas de peine à construire et à bâtir. J'écarte ici le fait de posséder une réserve de cadres tirés d'avance. En période normale, le temps est relativement limité pour conduire un essaim de 2 ou 3 cadres à 10 cadres car à une certaine période, les abeilles ne construisent plus ou seulement les ponts nécessaires à leur isolement hivernal, ponts que je vous déconseille de détruire après le mois d'Août..

. L'élevage des abeilles

L'élevage des abeilles est une des connaissances qu'il est impératif de maîtriser quand on veut faire de l'apiculture à quelque niveau que ce soit. En effet, celui qui ne maîtrise pas cette partie, sera toujours condamné à acheter des essaims chaque année. Pourquoi ?
Tout d'abord, il est important de souligner le fait qu'une colonie d'abeille n'est hélas pas éternelle ! Parmi les animaux domestiques dont nous avons la responsabilité, certains vivent plus ou moins vieux, sur une échelle de 1 an à 20 ans.. selon l'espèce.
Chez les abeilles, la reine vit de 2 à 4 ans alors que ses filles elles, ne vivent qu'une quarantaine à une cinquantaine de jours en saison. Par conséquent, lorsque vous avez acheté vos premiers essaims, il faut vous attendre à ce que vos colonies essaiment (dans le meilleur des cas) ou bien meurent si vous ne savez pas comment vous en occuper et commettez des erreurs. Il est indispensable de comprendre que si vous ne souhaitez pas voir disparaître vos colonies, il vous faudra maîtriser l'élevage: cela s'apprend et ne s'improvise pas même avec la Bible de l'apiculture.
L'élevage d'abeilles n'est pas quelque chose de compliqué en soit mais cela pose toujours le dilemme suivant: Une ruche qui est mise en exploitation pour dresser de nouveaux essaims pourrait produire du miel à la place.. ai-je réellement besoin d'accroître mon cheptel ? Sachez que produire du miel est plus lucratif que se lancer dans la production d'essaims, j'en sais quelque chose et pourtant, c'est la voie que j'ai choisie. Par conséquent, pour augmenter votre cheptel (l'ensemble de vos colonies en ruches) tout en produisant du miel, voici donc ma méthode pour faire qu'un essaim devienne une colonie à part entière avant la saison hivernale.
En pré requis, vous devez avoir lu la page concernant mes cadres car malheureusement, c'est ce qui fait le plus faute en élevage.

Savoir dresser et élever un essaim artificiel

Pour élever des abeilles il y a un impératif: Savoir faire un essaim artificiel !
Si vous ne savez pas faire un essaim artificiel, vous allez forcément faire une mauvaise apiculture, ne nous voilons pas la face. Il ne faudrait donc pas vous étonner si vous perdez vos abeilles dès votre première année. L'essaim artificiel sera la prolongation d'une de vos colonies ou bien vous permettra d'obtenir une reine de rechange pour prévoir le changement d'une reine vieillissante. Bien que sur ce site internet, je vous offre une page sur cette technique, je vous recommande vivement de prévoir rapidement un petit stage de formation en week-end et de vous inscrire ici

La fécondation des reines

Notre centre d'élevage est réparti sur plusieurs ruchers (8 au total) avec un cheptel de 400 colonies. De plus, nous avons créé deux ruchers spécifiques à la fécondation naturelle en saturant ceux-ci en ruches très fortement peuplées de mâles. Ainsi, lorsque des mâles (venus de l'extérieur) s'invitent en venant parfois de loin pour avoir senti les phéromones des jeunes reines à féconder,

Rucher d'élevage de reines: la fécondation des reines
Rucher d'élevage de reines en nucléis

ils sont généralement repoussés par les gardiennes ce qui a pour effet de limiter les croisements avec d'autres sous-espèces voire des hybrides plus ou moins bâtardes.
Je le concède, cela ne garantit pas toutefois une fécondation pure à cent pour cent mais contribue très largement à réduire les effets néfastes d'une hybridation aux effets boomerang.
Si vous souhaitez augmenter votre cheptel en produisant vous-mêmes vos essaims, vous devrez tenir compte de ce phénomène d'hybridation. C'est la raison pour laquelle seule l'insémination instrumentale peut garantir un 100% de pureté de la sous-espèce.
Sans en arriver jusque là, il est important également de comprendre que vous aurez besoin de connaître quelques critères de sélection, d'apprendre à sélectionner, pourquoi, comment. Vous voyez que l'apiculture implique un minimum de connaissances aussi bien théoriques que pratiques. Faites moi confiance, je suis passé par là et j'ai perdu énormément de temps et d'argent à mes débuts pour savoir de quoi je parle.  L'apiculture n'a rien à voir avec le petit chien que l'on prend pour compagnon. Contrairement à ce que l'on peut lire sur Internet, on ne peut pas apprendre tout seul sans perdre beaucoup de temps et d'argent.. vous voilà avertis.

En Apiculture Naturelle, ce que nous pratiquons ici, nous laissons le soin aux abeilles de produire elles-mêmes leur reine alors qu'en apiculture moderne, on effectue une opération de greffage, c'est à dire que la sélection des larves est faites par la main de l'homme et repose sur le seul critère de la taille de la larve. Dans mon livre j'explique en détail la différence qu'il y a entre les deux méthodes .

Ruchers pour l'élevage des abeilles

Dans mes ruchers d'élevage, je connais si bien les qualités de mes colonies souches, qu'il m'arrive parfois de deviner par quelles autres souches une reine a été fécondée (même en tenant compte qu'un mâle n'a pas de père mais un grand-père).

Rucher d'élevage des abeilles: des colonies souches
Rucher d'élevage des abeilles: des colonies souches

Il est vrai qu'en saison, je travaille tous les jours sans exception dans mes ruchers et tout comme un berger connaît ses brebis, je connais mes colonies.
Tout apiculteur ou Berger des abeilles doit maintenir un renouvellement permanent de ses colonies, surtout quand il est parti sur de bonnes bases, autrement dit, avec des souches de très haute qualité. Faire de l'apiculture avec des abeilles bâtardes n'a rien d'agréable. Si l'on parle de l'abeille noire, vous obtiendrez après un premier croisement (généralement avec des abeilles italiennes) des abeilles assez travailleuses mais manifestant des signes plus ou moins nerveux pour ne pas dire agressifs. Au deuxième croisement, vos colonies deviennent quasiment ingouvernables et les abeilles sont franchement agressives. Il n'est vraiment pas agréable de faire de l'apiculture dans de telles conditions.. autrement dit, quand, à peine arrivé au rucher, vous vous faites littéralement piquouser avant même d'avoir allumé votre enfumoir.

Il est donc important, pour qui veut pratiquer l'élevage d'abeilles, de disposer de ruchers qui ont été étudiés pour cela. Bien sûr, on peut faire féconder ses jeunes reines dans son propre rucher, mais plus intelligemment, quand on a pratiqué un peu de sélection, on parvient à optimiser la qualité des nos futurs essaims.

Apprenez le travail de sélection

Tout berger des abeilles a pour devoir de conduire ses colonies en limitant la dérive vers l'hybridation. Ceci impose un travail de sélection ! Dans mon cours d'apiculture par internet, tout comme dans mon livre, j'explique comment limiter le phénomène d'hybridation. Si ce site internet vous apporte de nombreuses informations, c'est une façon de me soutenir que de vous y inscrire, je vous en remercie d'avance. Ceci étant, les stages de formation que j'organise en saison vous permettront de comprendre et de recevoir toutes les réponses à vos questions grâce à la pratique !

Apprndre pour ne pas faire n'importe quoi !
Apprenez pour ne pas être livré à vous-même !

Alors bien entendu, chacun n'a pas forcément l'intention de devenir éleveur, ce qui se conçoit aisément, mais chacun a la responsabilité de veiller à la fécondation des reines naissantes. Si vous avez envie de vous lancer dans l'aventure d'une apiculture semi-pro ou professionnelle, c'est le BA-BA du métier. Ignorez cette pratique et c'est un droit dans le mur assuré.. Boum ! Tout à refaire !
A la suite d'un petit stage, il vous sera possible de progresser assez vite. Il ne sert strictement à rien (bien au contraire) d'acquérir une centaine d'essaims pour commencer, même si vous en avez les moyens. Comme je le dis toujours et le répète sans cesse, il faut boucler un premier tour de 365 jours. Si celui-ci est bouclé sans casse, alors, vous allez pouvoir passer une vitesse supérieure mais, permettez-moi cette petite analogie:
Si vous souhaitez aller plus vite, il ne sert à rien de passer de la première à la quatrième, vous risquez de caler ! Je ne parle pas ici de votre volonté mais d'un effort qui ne pourra pas être maîtrisé.
Vous devez avant toute chose être raisonnable, ce qui est une forme de respect pour la nature. Que savez-vous par exemple de votre biotope; combien peut-il raisonnablement nourrir de colonies ? Allez-vous faire de la transhumance ? Disposez-vous d'autres emplacements pour ne pas concentrer tout en un seul lieu ? etc.. etc..
Si vous achetez à la base des abeilles de sélection, vous pourrez très rapidement augmenter votre cheptel si vous le désirez.

Cliquez ici
Des essaims de haute qualité pour vos débuts ! Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo

Vous souhaitiez acquérir 100 essaims ? A quel prix ? le moins cher possible n'est-ce pas ? Pensant que votre rentabilité sera vite atteinte..
Ce sera votre première erreur, et il se peut qu'elle vous coûte en définitive très cher dès la fin de votre premier tour. Il y a fort à parier que ce seront des essaims d'importation, avec des reines qui auront peut-être du mal à s'acclimater. Pourquoi croyez-vous que les vendeurs vendent de plus en plus d'essaims chaque année ? Bien sûr, il y a l'agriculture en premier lieu, tueuse d'abeilles, mais pas seulement. C'est aussi un phénomène étroitement lié à la casse de colonies qui n'ont rien à faire chez nous en grande partie puisqu'elles ont été importées de pays plus doux, et où la saison permet en général de démarrer très tôt. En revanche, en acquérant dix fois moins mais des essaims de haute qualité dès le départ, vous pourrez gravir les échelons de la maitrise d'un pas assuré, ce qui au final vous reviendra moins cher d'une part, mais surtout vous assurera d'abeilles endémiques.
L'élevage d'abeilles fait partie de vos premières obligations à moins que vous n'ayez gagné au super loto et soyez riche à vie, auquel cas, acheter des essaims chaque année ne sera pas un problème pour vous, mais alors.. quelle apiculture ! En attendant, ce n'est pas ma conception des choses.
Dans mon exemple, en vitesse de croisière, sachez qu'en débutant une première année avec 20 essaims de haute qualité vous aurez à N+1 une petite quarantaine de colonies. à N+2 vous passerez la barre des 120 ! Et, si vos moyens vous le permettent vous aurez atteint à N+4 de 3 à 400 colonies. A ce moment là, et peut-être déjà un peu avant, une multitude d'autres problèmes vont se poser. D'abord, l'investissement en matériel et malheureusement le phénomène de la mortalité car, selon l'endroit de votre exploitation, celle-ci peut-être plus ou moins importante.
Maintenant, si votre projet vous oblige à aller plus vite, en venant faire un stage de reconversion pro chez Abeille et Nature, vous pourrez multiplier vos colonies par 3 ou 4. Par exemple, à N+1, vos 20 essaims de base vous donneront 80 colonies dès la fin de la première année puis 300 dès l'année suivante. Où aura été votre bénéfice de démarrer avec 100 essaims d'importation ? il y a fort à parier que le bilan soit plutôt dans le rouge, mais vous êtes libre de croire ce que vous voulez.
Alors peut-être me direz-vous.. je préfère acheter plus d'essaims au départ et augmenter mon cheptel moins vite.. Oui, cela se défend, mais je continuerai de penser que lorsqu'on débute, on ne peut pas conduire un tel cheptel sans maîtrise. Or la maîtrise s'acquière par l'expérience. Croyez-moi ! C'est justement ce que je n'ai pas fait quand j'ai débuté. J'ai voulu aller vite, plus vite que la musique comme le dit une expression populaire. Et bien pour en exploiter une autre, sachez que je me suis bien "ramassé !"

La raison dans tout cela ? Consacrez votre première année à l'élevage de vos essaims, profitez-en pour vous former et apprendre. Ensuite, l'année suivante, vous pourrez passer une vitesse supérieure. Mais de grâce, ne foncez pas tête baissée dès la première année. Prenez le temps de vous organiser.

Organisation printanière d'un essaim "artificiel"

Chaque année au printemps, vous devez multiplier votre cheptel sous peine de risquer un essaimage naturel en cas de forte miellée. Premièrement, prévoyez autant de ruches neuves que possible (ou bien des ruches ayant déjà servi à condition que celles-ci soient passées par une phase minutieuse de décontamination). Deuxièmement, vous devez vous assurer que ce n'est pas trop tôt en saison en vérifiant la présence de faux bourdons car cette opération ne doit pas s'effectuer si ceux-ci ne sont pas encore nés.
Voici comment procéder :
Veillez à ce que la ruche mère possède au minimum 6 cadres de couvain et 2 cadres de nourriture. Prélevez dans cette ruche, trois cadres de couvain avec de la ponte récente ainsi qu'un cadre de nourriture (uniquement nourriture, c'est à dire en général, un cadre de rive). Ces cadres ne doivent pas.. Suite de l'article

Devenir Apiculteur Professionnel? Savoir élever rapidement

S'il est une chose impérative pour accéder au milieu Pro ou plus simplement à une activité apicole lucrative, il est impératif de savoir élever des abeilles rapidement. Pourquoi ?
Tout d'abord, parce que personne n'est à l'abri d'une perte soudaine de colonies en grand nombre. C'est ce qui m'est arrivé plusieurs fois depuis que la passion des abeilles m'a habité. Et croyez-moi, malheureusement, cela n'arrive pas qu'une seule fois dans sa vie d'apiculteur ! Avec l'usage des pesticides, du Varroa ou autres maladies, celui qui compte sur les abeilles pour lui assurer un complément de revenu ou qui est pro ou semi-pro, a le devoir de savoir élever pour rebondir vite !
En apiculture moderne, les apiculteurs pro se soucient de la mortalité et prennent de plus en plus pour habitude de remplacer les reines chaque année. Mais en pratiquant de la sorte c'est hélas, un savoir faire sur l'élevage des abeilles qui disparaît et qui tend à être confié uniquement à une catégorie d'apiculteurs: les éleveurs de reines. Je trouve que c'est très riqué car un éleveur de reines n'est pas un éleveur d'essaims et en cas de catastrophe, que fera l'apiculteur avec ses reines commandées s'il perd tout ou partie de ses colonies ?

C'est pour cette raison que j'ai décidé d'ouvrir mon savoir et ma technique au service de celles et ceux qui ont un besoin impératif de monter en puissance rapide tout en s'assurant d'un minimum de production de miel. Et puisque le Chiffre d'affaires en cas de perte sera sérieusement revu à la baisse, il est impératif de ne pas dépenser en achat d'essaims ou de reines mais se servir du cheptel restant pour redresser.
La technique que j'ai mise au point permet de doubler, tripler, voire quadrupler le cheptel existant sur une seule saison sans avoir à acheter la moindre reine ou essaim, sans avoir non plus recours au greffage (picking). Seulement en travaillant l'élevage sous forme d'une Apiculture Naturelle, ce que justement la nature a prévu pour nous aider à redresser quelque soit le format de ruches exploitées (à l'exception des ruches Warré). J'ai par conséquent, décidé de créer un stage de formation spécial pour le développement intensif du cheptel sans pour autant faire appel à des techniques ou importations que je condamne. Ce stage s'adresse uniquement à des personnes immatriculées en SIRET et qui pratique l'apiculture rémunératrice. Ceci étant, il peut être également ouvert pour des apiculteurs de loisir ayant envie d'accéder au milieu pro, mais ce sera sous certaines conditions (de confidentialité entre autres).

Page 1    Aller à la Page 2